La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -303-Au théâtre de Caen, un art total qui magnifie la scène et interroge l’époque

Treemonisha, unique opéra du maître du ragtime, Scott Joplin

Treemonisha, unique opéra du maître du ragtime, Scott Joplin - Critique sortie  Caen Théâtre de Caen.
Les chanteurs sud-africains en répétition ©AndileMalindi

ENTRETIEN / OPÉRA / CLAIRE BÉJANIN ET MANDISI DYANTYIS

Publié le 24 septembre 2022 - N° 303

Isango Ensemble revient à Caen après Impempe Yomlingo, adaptation de La Flûte enchantée, et A Man of Good Hope. Rencontre avec Claire Béjanin, directrice de production, et Mandisi Dyantyis, directeur musical, pour leur production de Treemonisha, unique opéra du maître du ragtime, Scott Joplin.

Comment peut-on définir Isango Ensemble ?

Claire Béjanin : La compagnie est née d’une réalité de l’Afrique du Sud au sortir de l’apartheid. À l’Opéra du Cap, Mark Dornford-May est frappé par le faible nombre de chanteurs noirs sur scène, alors qu’ils sont nombreux parmi les étudiants. Isango est une compagnie qui s’ancre dans son territoire, le township de Khayelitsha – qui est au cœur de l’action de la Carmen filmée par Mark en 2005. Le sens du groupe, la solidarité entre les chanteurs – également danseurs et acteurs – et la grande liberté que cela permet sont ce qui rend Isango unique.

« Treemonisha entre en résonance avec ce que nous sommes. »

En quoi Treemonisha est-il un projet particulier ?

Mandisi Dyantyis : C’est un projet qui nous occupe depuis une dizaine d’années. Il y a dans cet œuvre tant de choses qui entrent en résonance avec ce que nous sommes, y compris en termes socio-économiques. L’idée essentielle de Treemonisha, c’est comment on se sert de l’ignorance pour manipuler la population. Au fond, c’est ce que l’on retrouve aujourd’hui malheureusement en Afrique avec l’influence grandissante des « mega churches » qui est une façon de détruire la nation.

Comment avez-vous adapté la musique ?

M.D. : Pour Treemonisha, la partition est une base, un point d’embarquement pour que la musique rencontre le texte. L’important, c’est de réussir à « entrer dans la tête » de Scott Joplin. Ce n’est pas si difficile pour nous. Peut-être parce que nous sommes avant tout un chœur, c’est-à-dire un ensemble, et Treemonisha est un opéra où se joue le sort même de la communauté. On l’entendra dans certains passages a capella ou dans certains airs redistribués entre plusieurs chanteurs, ce qui est conforme à l’esprit de l’œuvre. Les instruments que nous utilisons – et notamment les huit marimbas – ont la particularité d’être faits de bois, de ces arbres si importants dans Treemonisha. La matérialité de la musique rejoint ici la poésie du propos.

Propos recueillis par Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

Treemonisha, unique opéra du maître du ragtime, Scott Joplin
du jeudi 13 octobre 2022 au samedi 15 octobre 2022
Théâtre de Caen.
135 Boulevard Maréchal-Leclerc, 14000 Caen.

Tél : 02 31 30 48 00.


https://theatre.caen.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant