La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -272-Le Carreau du Temple

Sandrina Martins, directrice du Carreau du Temple, a choisi de consacrer la programmation de ce lieu hors-norme à la danse.

Sandrina Martins, directrice du Carreau du Temple, a choisi de consacrer la programmation de ce lieu hors-norme à la danse. - Critique sortie Danse Paris Le Carreau du Temple
Crédit : D.R. Sandrina Martins

Entretien

Pourquoi éditez-vous votre première brochure de saison alors que le Carreau du Temple fêtera ses cinq ans en avril ?

Sandrina Martins : Le lieu a dû trouver sa place dans le paysage artistique parisien, et son équilibre avec un projet qui rassemble des associations sportives et culturelles, des cours de sport et de bien-être, des projections, des rencontres, des élèves du quartier qui viennent pour leur cours d’EPS, des salons d’art contemporain, une bibliothèque… J’ai donc choisi, à mon arrivée, de  travailler d’abord sur sa dimension locale, son implantation sur le territoire, afin de favoriser son appropriation, par tous ses usagers (environ 4000 par semaine), avant de lancer une programmation.

Cette programmation est majoritairement dédiée à la danse contemporaine. Pourquoi ?

S. M. : J’ai choisi de dédier Le Carreau du Temple à la danse, car c’est mon point d’ancrage de départ. Mais surtout parce que la danse contemporaine est moins bien lotie que l’offre théâtrale, notamment à Paris. Je souhaitais être à un endroit qui réponde aux besoins de diffusion des compagnies. Au départ, nous n’avions pas de moyens financiers, j’ai donc travaillé en partenariat avec des structures, principalement des festivals que j’ai sollicités. Puis, grâce à une visibilité accrue du Carreau, j’ai commencé une programmation et édité une brochure pour afficher notre singularité et nos choix.

« Etre à un endroit qui réponde aux besoins de diffusion des compagnies. »

Comment choisissez-vous les artistes que vous invitez ?

S. M. : Cette saison la programmation est presque 100% féminine, sans l’avoir vraiment voulu, mais il se trouve que les rencontres ont pour thème « les femmes dans l’espace public ». Je choisis des spectacles qui m’ont marquée, car je ne veux pas présenter seulement des créations, mais aussi des pièces qui n’ont pas été assez vues. C’est le cas de Gaëlle Bourges, avec A mon seul désir, ou de Martine Pisani, chorégraphe très subtile qui reste un peu méconnue. Johanne Leighton est l’une des chorégraphes les plus intéressantes aujourd’hui et Marion Lévy est partie prenante de la collaboration avec le festival Faits d’Hiver, mise en place depuis quatre ans. Chaque année, nous choisissons avec son directeur Christophe Martin un spectacle que nous produisons. Marion Levy, qui est venue plusieurs fois en résidence au Carreau, est une artiste très franche, très touchante, et assez irrévérencieuse. J’ai également développé un partenariat avec Concordanse, et là, c’est Jean-François Munier qui nous propose ses binômes chorégraphes/auteurs littéraires. Dans le même ordre d’idée, entre danse et poésie sonore, Valeria Giuga et Anne-James Chaton mettent en résonance Mary Wigman et Georges Orwell, sur une création musicale d’Alva Noto dans ZOO. Ce qui m’intéresse dans la programmation c’est de pouvoir montrer des pièces fortes, où le geste est essentiel à travers lesquelles le public est sensibilisé à différentes esthétiques. Et notre plateau est un espace parfait pour la danse.

Propos recueillis par Agnès Izrine

A propos de l'événement

Sandrina Martins, directrice du Carreau du Temple, a choisi de consacrer la programmation de ce lieu hors-norme à la danse.
Le Carreau du Temple
2 rue Perrée 75003 Paris.

Tél. : 01 83 81 93 30.


www.carreaudutemple.eu


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse