La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -223-Andy Emler

Propos recueillis / Andy Emler

Ecrire pour les musiciens classique : « Un voyage entre consonance et dissonance »

Andy Emler revient sur sa manière d’écrire pour les musiciens classiques. Une gageure pour un musicien habitué à l’improvisation.

Publié le 2 septembre 2014 - N° 223

Ecrire pour les musiciens classique : « Un voyage entre consonance et dissonance »

Andy Emler revient sur sa manière d’écrire pour les musiciens classiques. Une gageure pour un musicien habitué à l’improvisation.

« Lorsque j’écris pour des musiciens classiques, j’ai conscience qu’ils n’ont pas l’habitude d’improviser. Se libérer du texte est souvent très difficile pour les instrumentistes de formation classique. Je place néanmoins dans les partitions des « réservoirs » (ndlr : des motifs écrits, mais qui sont répétés de manière aléatoire), afin d’offrir une certaine liberté de jeu. Aujourd’hui, la musique contemporaine connaît des esthétiques extrêmes, allant de Boulez à Philip Glass ! Personnellement, je privilégie une sorte de troisième voie, un voyage entre consonance et dissonance. L’essentiel, pour moi, est de jouer sur l’alternance entre tension et détente, qui est au cœur du discours musical. Mais ma démarche reste non classifiable, je ne reçois d’ailleurs pas de commande d’Etat pour mes projets avec les musiciens classiques. »

A propos de l'événement

How to be together
du Jeudi 29 janvier 2015 au Jeudi 29 janvier 2015

Dijon, France

How to be together le 29 janvier 2015 à Dijon (sous réserve, car au moment de boucler ce numéro, nous apprenons que l’Orchestre Dijon Bourgogne risque de mettre la clé sous la porte, faute d’une rallonge budgétaire de la mairie de Dijon. A suivre)


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra