La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -236-région / théâtre de caen

Les Pirates de Penzance, mélodrame victorien

Les Pirates de Penzance, mélodrame victorien - Critique sortie Classique / Opéra Caen THEATRE DE CAEN
Légende : Mike Leigh met en scène Les Pirates de Penzance de Gilbert & Sullivan en ouverture de saison. © Eamonn McCabe - Thin Man Films Ltd.

De Gilbert et Sullivan / mes Mike Leigh / ENTRETIEN Mike Leigh

Publié le 24 septembre 2015 - N° 236

Le réalisateur anglais Mike Leigh, dont le dernier film, Mr. Turner, a obtenu à Cannes le prix d’interprétation masculine, est à l’affiche du Théâtre de Caen, qui reprend sa mise en scène des Pirates de Penzance présentée à l’English National Opera.

Comment est né ce projet ?

Mike Leigh : Je me suis par le passé beaucoup intéressé au travail du duo Gilbert et Sullivan. Je leur ai d’ailleurs dédié un film, Topsy-Turvy, qui revenait sur les coulisses de la création de l’opérette. Lorsqu’on m’a proposé de mettre en scène Les Pirates de Penzance, j’ai accepté avec enthousiasme et cette expérience m’a apporté beaucoup de joie !

Qu’est-ce qui vous séduit dans l’univers de ces deux comparses de l’époque victorienne ?

M. L. : De toute évidence une dimension comique et légère.  Avec une écriture intelligente et vive, cet opéra s’apparente à un grand éclat de rire ! Sullivan est considéré comme l’Offenbach anglais et cette partition est un peu pour moi l’équivalent anglais des Brigands d’Offenbach. Mais sa musique porte aussi des traces de Schubert et de Verdi.

Quelle est votre vision de cet opéra ?

M. L. : J’ai pris le texte pour ce qu’il est : un mélodrame de l’Angleterre victorienne.  Je n’ai pas transposé l’action dans le Chicago des années 20 ! J’ai conservé le style du xixe siècle mais dans une interprétation moderne.

« Cet opéra s’apparente à un grand éclat de rire ! »

Votre cinéma s’inscrit dans une veine sociale et engagée. On est loin de l’opérette !

M. L. : Mes films, de façon évidente, s’intéressent au monde réel. Mais je ne me sens pas moins proche d’un univers plus onirique et fantasque. Je pense notamment à Lewis Caroll qui a bercé mon enfance. Je fais du cinéma social, mais cela ne m’empêche pas de rire et d’aimer la musique !

Passer du cinéma à la mise en scène, cela fait-il une grande différence ?

M. L. : J’ai déjà une expérience de metteur en scène de théâtre, mais je n’avais jamais travaillé sur un opéra. La différence à l’opéra, c’est qu’il y a deux directeurs : le metteur en scène et le chef d’orchestre. Nous avons collaboré dans une compréhension mutuelle. Et je n’arrivais pas non plus avec une naïveté de débutant sur cette production : je connais bien l’opéra. J’ai trouvé les chanteurs très réactifs à mes demandes, ils possèdent un véritable talent d’acteur, avec un sens de l’humour et du burlesque qui sert cette pièce.

Comptez-vous mettre en scène d’autres opéras ?

M. L. : Même si cette expérience se révèle très positive, l’incursion dans l’univers de l’opéra reste exceptionnelle. J’ai 72 ans et j’ai besoin de temps pour créer mes films.

Quel est votre prochain projet ?

M. L. : Je m’intéresse à un célèbre événement politique qui a eu lieu en 1819, le massacre de Peterloo : une manifestation pacifique à Manchester réprimée dans le sang. Un épisode de l’histoire qui n’a encore jamais été porté à l’écran.

 

Propos recueillis par Antoine Pecqueur

A propos de l'événement

Les Pirates de Penzance, mélodrame victorien
du Samedi 24 octobre 2015 au Dimanche 25 octobre 2015
THEATRE DE CAEN
135 Boulevard Maréchal Leclerc, 14000 Caen, France

Samedi 24 octobre à 20h, dimanche 25 octobre à 17h.


Tél. 02 32 30 48 00.


www.theatre.caen.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra