La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -202-La Comédie de l’Est

Les mécanismes de l’inconscient

Les mécanismes de l’inconscient - Critique sortie Théâtre Colmar La Comédie de l'Est
Crédit photo : DR

Les Bâtisseurs d’empire ou Le Schmürz / de Boris Vian / mes de Pauline Ringeade

Pauline Ringeade met en scène la dernière pièce de Boris Vian, qui allie cocasse, absurde et cruauté, et raconte la cohabitation d’une famille avec celui qu’elle maltraite : Le Schmürz.

«  La pièce parle d’une absence à soi-même. »

Pourquoi avez-vous décidé de porter cette pièce à la scène ?

Pauline Ringeade : Le choix de ce texte s’inscrit pour moi dans la continuité d’une recherche s’intéressant aux comportements humains, à ce qu’ils trahissent des mécanismes fous de l’inconscient lorsque l’intime et le social sont en conflit. La pièce fut écrite en 1957, en pleine guerre d’Algérie : je m’intéresse à ce qu’un tel contexte politique peut imposer, pour interroger nos comportements d’aujourd’hui. La pièce parle d’une absence à soi-même, de l’art de tourner autour du pot, autour de sa propre existence. À quel moment se perd la considération de l’humain qui est à côté de soi ? Est-ce dans cette perte que nous bâtissons nos empires, qu’ils soient individuels ou nationaux ? Faut-il affronter son propre Schmürz pour se construire en conscience ?

Que représente le Schmürz au sein de cette famille ?

P. R. : Le Schmürz est un homme torturé par le père, la mère, la bonne et le voisin, mais pas par la fille. Nous avons choisi d’axer la dramaturgie du spectacle sur la présence de ce « fantôme » dans cette famille. Nous imaginons que le père a participé à la torture dans sa carrière militaire. Cela lui a sûrement permis de gravir les échelons, mais au fond de lui-même, il est traumatisé. Ce qui l’a construit socialement l’a détruit intimement, et cependant si c’était à refaire, il le referait sûrement. Hanté par cet événement, il tente de cohabiter avec ce fantôme. Sa fille est malmenée par ce secret innommable, et dérange avec ses questions. Au fur et à mesure, le père s’isole, son fantôme prend plus de place, et vivre avec d’autres devient insupportable.

Quelle scénographie imaginez-vous ?

P. R. : Un plancher, quatre portes, une volée de marches sans début ni fin. Cet espace est lié à l’espace mental du père, et il diminue par l’action des personnages. Les portes ne s’ouvrent plus, puis disparaissent à mesure que chacun des personnages sort de la pièce, dans les deux sens du terme. Comme si leur altérité offrait des perspectives de pensée, une case mentale supplémentaire. Mais cette altérité est de plus en plus dure à affronter, elle disparaît, laissant le père face à face avec le Schmürz…

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

Les Bâtisseurs d’empire ou Le Schmürz
du Mardi 13 novembre 2012 au Samedi 24 novembre 2012
La Comédie de l'Est
6, route d’Ingersheim, 68027 Colmar
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre