La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -303-LE MALANDAIN BALLET BIARRITZ : DU PAYS BASQUE À L’INTERNATIONAL

Le Malandain Ballet Biarritz accueille le chorégraphe transfrontalier Jon Maya

Le Malandain Ballet Biarritz accueille le chorégraphe transfrontalier Jon Maya - Critique sortie  Biarritz Malandain Ballet Biarritz - Centre Chorégraphique National
Thierry Malandain © Jean-Marie Périer

Entretien / Thierry Malandain

Publié le 29 septembre 2022 - N° 303

Rencontre avec Thierry Malandain, directeur du Malandain Ballet Biarritz, à l’occasion de l’arrivée du chorégraphe transfrontalier Jon Maya comme artiste associé et de la reprise du très beau Noé.

Vous accueillez un nouvel artiste associé, Jon Maya. Qui est-il ?

Thierry Malandain : Jon Maya dirige la compagnie Kukai Dantza dans une ville transfrontalière qui s’appelle Errenteria. C’est quelqu’un que nous avons vu grandir. Nous l’aidons depuis notre arrivée à Biarritz. Il a entre-temps professionnalisé sa compagnie et conquis une certaine notoriété puisqu’il a été programmé notamment au Festival d’Avignon. Nous le rencontrons souvent sur nos routes, nous nous sommes par exemple retrouvés à Monte Carlo où il dansait en même temps que nous avant l’épidémie de COVID.

« Nous avons choisi Jon Maya afin de marquer notre politique transfrontalière. »

Est-ce un chorégraphe de danse basque contemporaine ?

T.M. : Exactement. Il a un parcours de danseur traditionnel et depuis quelques années il s’associe à d’autres artistes comme Cesc Gelabert, Israel Galván ou Marcos Morau. Ces collaborations font que sa démarche attire l’attention. Il existe deux versions de la danse traditionnelle ici. Il y a ceux qui cultivent purement la tradition, et d’autres comme lui qui cherchent une certaine modernité.

Cette association est-elle une nouvelle façon de revendiquer votre implantation dans le Pays basque ?

T.M. : Oui. Nous avions donné le premier mandat à Martin Harriague, qui est aussi basque puisqu’il est bayonnais. Comme nous n’avions pas la possibilité de le renouveler, nous avons choisi Jon Maya afin de marquer notre politique transfrontalière.

D’un côté vous êtes très implantés dans le Pays basque, de l’autre vous faites beaucoup de tournées en France et à l’international. Est-il important pour vous de marcher sur ces deux jambes ?

T.M. : Oui tout à fait. Notre toute dernière tournée a eu lieu pendant Le Temps d’Aimer. Je suis resté à Biarritz mais les danseurs sont partis à Montréal, envoyés par le gouvernement basque. Cela signifie que politiquement, la démarche transfrontalière est vraiment actée.

Vous reprenez cette saison Noé. À quelle occasion ?

T.M. : Nous menons depuis quelques années un travail auprès des enfants autour de l’écologie. Cela a commencé avec une pièce de Martin Harriague qui s’appelle Sirènes. Nous l’avons jouée dans toutes les écoles des deux côtés de la frontière et avions besoin d’un nouveau programme. Noé s’est imposé de par son thème. Nous avons toujours du mal à abandonner un ballet, parce qu’ils sont très demandés. Mais il nous faut faire des choix car nous avons déjà un vaste répertoire et cela devient vite compliqué pour les danseurs. Généralement nous ne les reprenons pas, Noé sera une exception.

 

Propos recueillis par Delphine Baffour

A propos de l'événement

Le Malandain Ballet Biarritz accueille le chorégraphe transfrontalier Jon Maya
Malandain Ballet Biarritz - Centre Chorégraphique National
Gare du Midi, 64200 Biarritz.

Tél : 05 59 24 67 19.


malandainballet.com.


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant