La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -285-Le printemps fécond d’Yves Rousseau

Le goût des rencontres inédites

Le goût des rencontres inédites - Critique sortie Classique / Opéra
DR Pierre-François Roussillon

Publié le 21 février 2020 - N° 285

« Alter Ego » vu par Pierre-François Roussillon, Directeur général de l’Orchestre Régional de Normandie.

Comment est né ce projet ? 

Pierre-François Roussillon : C’est la rencontre avec Oua-Anou Diarra qui en a constitué le déclencheur. Ce polyinstrumentiste aux talents multiples évolue avec une magnifique aisance tant dans la sphère des musiques improvisées que dans la transmission d’une expression puisée au sein de ses racines et de la culture plurielle de son pays d’origine, le Burkina Faso. Il me fallait trouver un compositeur capable de créer, loin de tout « pittoresque », un objet artistique inédit. Le nom d’Yves Rousseau s’est vite imposé à moi.

Qu’aimez-vous chez Yves Rousseau ? 

P.-F. R. : Sa grande érudition musicale, qui l’autorise à des allers-retours compositionnels subtils et pertinents entre écriture classique et formes plus ouvertes. Les qualités d’un orchestrateur attentif à mettre en valeur les effectifs instrumentaux et les musiciens dont il dispose. Un don raffiné de mélodiste sachant créer des paysages sonores propres à interroger et à émouvoir l’imaginaire.

Comment cette création s’inscrit-elle dans le projet artistique général de l’Orchestre Régional de Normandie ?

P.-F. R. : De façon très naturelle. L’ORN est riche d’un ADN qui l’a toujours conduit à imaginer des passerelles entre musiques dites « savantes » et diverses formes artistiques.

Propos recueillis par Jean Lukas

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra