La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -188-cergy

Jean-Joël le Chapelain, directeur de L’apostrophe

Jean-Joël le Chapelain, directeur de L’apostrophe - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 mai 2011

Le renouveau du théâtre politique

« Raviver l’idée d’un théâtre engagé. »
Jean-Joël le Chapelain

Comment vous est venue l’idée d’un tel cycle ?
Jean-Joël le Chapelain : De plusieurs constats : ce qui se passe dans le monde est rarement traité directement dans les productions qu’on est amené à voir. Alors que les artistes de théâtre s’interrogent énormément sur une vie politique agitée, ils se saisissent rarement de ces questions. Deuxième constat : auparavant, les artistes étaient très souvent engagés, mais aujourd’hui, ils ne sont pas légion dans les combats politiques. J’ai donc voulu raviver l’idée d’un théâtre engagé, alors que ce terme semble discrédité depuis les années 70, où il signifiait qu’on adhérait aux chimères venues de l’Est.
 
Votre programmation est-elle centrée sur une actualité ?
J.-J. C : Certains spectacles traitent d’un passé récent. Suzanne, une femme remarquable revient sous la forme d’un théâtre documentaire sur les processus politiques, intellectuels et sensibles présidant à la mise en place de la politique de la parité. A travers l’histoire d’un homme qui découvre qu’un autre le surveille depuis toujours, Le Professionnel de Kovacevic revient sur le passé proche de l’ex-Yougoslavie et évoque les tendances liberticides de nos sociétés dans lesquelles se développent d’inquiétantes formes de contrôle des citoyens.
 
Ce théâtre politique prend-il toujours le parti de passer par la fiction ?
J.-J. C : Hors le choix d’une pièce de théâtre documentaire, je revendique cette forme de fiction qui permet de faire passer beaucoup de choses en créant un dialogue avec la réalité. Et puis, peu de dramaturges écrivent directement sur l’Histoire récente. Il faut un temps de maturation. Mais l’histoire de Didon et Enée offre par exemple une correspondance frappante avec les événements autour de la Méditerranée. Et Dario Fo est sans doute l’un des représentants les plus remarquables du théâtre politique. L’intérêt du cycle Théâtre et Politique est de concentrer le regard et d’offrir une plus grande lisibilité à la dimension engagée des pièces. Nous organisons d’ailleurs une grande réunion-débat autour de ce sujet d’un renouveau du théâtre politique avec la philosophe Dominique Paquet qui intervient régulièrement dans nos murs.
 
Propos recueillis par Eric Demey
 

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre