La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -236-L’onde, Théâtre Centre d’Art de Vélizy~Villacoublay

(EX)LIMEN

(EX)LIMEN - Critique sortie Théâtre Vélizy-Villacoublay L'Onde
Anne Astolfe © LeLaabo

Théâtre / Conception et mes Anne Astolfe / Entretien Anne Astolfe

Publié le 21 septembre 2015 - N° 236

Après Hold On, première création très réussie, Anne Astolfe explore le processus de placardisation dans les entreprises : une mise en scène de la disparition.  

Quels aspects du monde du travail votre nouvelle création explore-t-elle ?

Anne Astolfe : Faisant suite à un travail d’immersion, Hold On explorait le fonctionnement d’une entreprise, celle des plateformes téléphoniques, tandis que (EX)LIMEN (ndlr : racine latine de éliminer) s’attache à un processus, celui de la placardisation, consistant à éliminer un salarié sans le licencier. Une telle situation de mise à mort sociale – être au travail sans travail – a souvent comme point de départ une réorganisation de l’espace ou du service, où insidieusement rien n’est jamais dit. Les placardisés sont dans une zone non reconnue, sans statut. Ce  bouleversement interroge l’utilité et le sens du travail, la notion de reconnaissance au-delà du salaire, le rapport au temps et à l’ennui. Nous avons enquêté en conjuguant les rencontres avec des personnes placardisées ou qui l’ont été et divers matériaux documentaires.

Quels sont-ils ?

A. A. : Nous avons notamment collaboré avec Dominique Lhuilier, professeure des universités et chercheuse au Conservatoire National des Arts et Métiers, avec Catherine Allemand, psychologue du travail, et nous avons utilisé des méthodes d’analyse de l’activité (dont “l’instruction au sosie“), en accomplissant aussi un travail introspectif sur nous-mêmes. Coupé de l’organisation du travail, le salarié développe une nouvelle perception de l’entreprise, depuis une sorte d’observatoire. Nous sommes soutenus par la Fondation d’entreprise SYNDEX, soucieuse de l’amélioration des conditions de travail. Dominique Lhuilier définit la placardisation comme une mise en scène de la disparition, et c’est ce que nous voulons montrer au plateau.

« On rit et on est effrayé d’en rire. »

Quel type d’écriture voulez-vous créer ?

A. A. : Procédant par association d’idées, en utilisant le travail chorégraphique, le son, la lumière et la magie, notre écriture laisse émerger un humour grinçant et une cruauté décalée, et évite un jeu réaliste, qui reprendrait des témoignages centrés sur le vécu émotionnel et la souffrance. On rit et on est effrayé d’en rire : c’est vertigineux ! Nous nous concentrons sur l’activité et la non-activité et ouvrons des brèches oniriques, où percent le ressenti et l’absurde de cette situation.

 

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

(EX)LIMEN
du Mardi 17 novembre 2015 au Vendredi 20 novembre 2015
L'Onde
8 Avenue Louis Breguet, 78140 Vélizy-Villacoublay, France

à 20h30.


Tél. : 01 78 74 38 60. www.londe.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre