La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -213-Opéra théâtre de Limoges

Entretien Robert Tuohy

Entretien Robert Tuohy - Critique sortie Classique / Opéra
Crédit : L. Lagarde (ville de Limoges)

Publié le 24 septembre 2013 - N° 213

Héritage et modernité

Robert Tuohy vient de prendre les rênes de l’Orchestre de Limoges. Ce chef à la double nationalité américaine et irlandaise nous dévoile ses projets pour cette formation.

«  Je souhaite pour commencer mettre l’accent sur les œuvres de Mozart, Haydn ou Beethoven. »

Quels sont vos maîtres ?

Robert Tuohy : Lors de mes études à la Royal Academy of Music de Londres, j’ai été particulièrement marqué par les cours avec Sir Colin Davis, qui nous a quittés il y a six mois. Sa gestique m’impressionnait car elle parvenait à influer directement sur le son de tout l’orchestre. Je garde également un souvenir très fort de mon contact avec Kurt Masur, en particulier sur le grand répertoire, de Mendelssohn ou Dvorak.

Quel est votre lien à la France ?

R.T. : Après mes études, je suis parti à la recherche d’un poste de chef assistant, en souhaitant pouvoir travailler à la fois le répertoire symphonique et le lyrique. Ce fut le cas à l’Orchestre national de l’Opéra de Montpellier, où je suis resté pendant trois ans et demi. J’ai eu la chance d’avoir été appelé dès les premiers mois de mon poste à diriger au pied levé une représentation de La Chauve-Souris de Strauss. Et ensuite, j’ai eu l’opportunité de diriger trois productions d’opéra et près de cinquante concerts. Ce n’était donc pas un travail de chef assistant où l’on reste à écouter les répétitions.

Comment avez-vous été nommé à Limoges ?

R.T. : La direction générale de l’opéra et de l’orchestre ainsi que les collectivités tutelles (Ville de Limoges et Région Limousin) ont reçu en entretien les dix candidats préselectionnés. Les musiciens ont ensuite voté.  J’ai pris mes fonctions en septembre, et mon premier concert en qualité de directeur musical se déroulera en novembre avec la Symphonie n°9 « Du Nouveau Monde » de Dvorak. Mon contrat dure six saisons, ce qui permet de réaliser un travail en profondeur, avec à chaque saison une production lyrique et plusieurs concerts symphoniques.

Quel est votre projet pour cet orchestre ?

R.T. : La programmation déploie une grande variété. Je souhaite pour commencer mettre l’accent sur les œuvres de Mozart, Haydn ou Beethoven, car au début d’une nouvelle relation entre un chef et un orchestre, ce répertoire permet de construire un son. A partir de là, on peut aborder tous les styles !

Etes-vous influencé dans ce répertoire par les interprétations historiquement informées ?

R.T. : A l’âge de vingt ans, je me souviens avoir été bouleversé en entendant les symphonies de Beethoven sur instruments anciens dirigées par John Eliot Gardiner. Ensuite, je suis allé travailler avec des chefs de l’« ancienne école ». Et en voyant le travail de Sir Colin Davis sur le tempo, la souplesse du phrasé, je me suis dit que ses interprétations dans ce répertoire n’étaient pas démodées. Je me sens donc entre ces deux courants. L’essentiel, plus que le choix des instruments, c’est que la musique chante et danse. C’est ce qu’avait si bien compris Carlos Kleiber.

Quel rapport entretenez-vous avec la musique contemporaine ?

R.T. : Il n’y a pas cette saison de musique contemporaine à Limoges, mais je vous promets des surprises pour la saison prochaine. Il me semble important de donner à entendre les œuvres de jeunes compositeurs. J’ai dirigé un certain nombre de créations à Montpellier. J’aime la musique contemporaine qui prend en compte celui qui écoute. Je pense par exemple au compositeur israélien Avner Dorman, qui mêle dans sa musique langage contemporain, rock, musique traditionnelle… Il a écrit un magnifique concerto pour mandoline !

 

Propos recueillis par Antoine Pecqueur

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra