La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -218-Festival des Ecritures du Pôle Culturel d’Alfortville

Entretien Jacques Hadjaje

Entretien Jacques Hadjaje - Critique sortie Théâtre Alfortville Parvis des Arts
© D. R.

Oncle Vania fait les trois huit / de Jacques Hadjaje / mise en espace par la Cie des Camerluches

Publié le 23 février 2014 - N° 218

Le théâtre, écho de la vraie vie

Jacques Hadjaje imagine les répétitions d’Oncle Vania par une troupe d’amateurs travaillant dans une entreprise d’horlogerie de Franche-Comté, dans les années 70. 

« M’intéresse toujours le lien entre la petite et la grande Histoire. »

Pourquoi situer cette histoire au moment de l’épisode autogestionnaire de Lip ?

Jacques Hadjaje : Je m’inspire fort de l’histoire de Lip, mais aussi d’autres choses. J’avais envie de mêler Tchekhov et le travail amateur à cette histoire-là, et j’invente cette troupe. Je cherchais surtout un lien entre la fin des Trente Glorieuses et la fin de siècle qui sert de cadre aux pièces de Tchekhov. Ce que je retiens de cette aventure c’est une grande envie de dignité, d’aspiration à autre chose que le destin qu’on veut imposer à des gens qui veulent rêver à autre chose.

Pourquoi inventer une histoire sur des amateurs ?

J. H. : J’ai beaucoup travaillé avec des amateurs. J’ai toujours été ému par leur ambitieuse envie de bien faire. En s’attaquant à Tchekhov, ils mettent la barre très haut. Il n’y a pas de metteur en scène dans ce groupe. Ils travaillent collectivement et réfléchissent collectivement au sens des mots, aux rapports entre les personnages. Ils parlent du travail, s’investissent, s’engueulent, s’aiment. Dans Tchekhov et en particulier dans Oncle Vania, la pièce qu’ils choisissent de répéter, les personnages ont conscience de rater leur vie mais ont en même temps l’espoir que dans cent ans, les choses iront mieux.

Est-ce ce sens du collectif qui vous guide…

J. H. : L’aventure de Lip, exemplaire et magnifique, était aussi une aventure collective, avec des leaders parfois dépassés, surpris par la place que prenaient les non syndiqués et surtout les femmes, qui se sont mises à prendre la parole. M’intéresse toujours le lien entre la petite et la grande Histoire, non pas l’événement politique lui-même mais les hommes qui font les événements et comme l’Histoire peut influer sur leurs vies. Mes personnages essaient de fabriquer ensemble un bel objet, et c’est toujours ça qui m’émeut au théâtre : même si cet ensemble est bancal, c’est quand même une belle aventure.

 

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

Oncle Vania fait les trois huit
du Dimanche 23 mars 2014 au Dimanche 23 mars 2014
Parvis des Arts
Médiathèque du Pôle Culturel, Parvis des Arts, 82 Rue Marcel Bourdarias, 94140 Alfortville, France

Le 23 mars à 11h. Rencontre avec l’auteur à 12h15. Petit déjeuner à partir de 10h.


Festival des Ecritures. Du 22 mars au 1er avril 2014. Pôle Culturel, Parvis des Arts, 94140 Alfortville. Tél. : 01 58 73 29 18. Site : www.pole-culturel.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre