La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -218-Festival des Ecritures du Pôle Culturel d’Alfortville

Entretien Charlotte Escamez

Entretien Charlotte Escamez - Critique sortie Théâtre Alfortville Parvis des Arts
© D. R.

Langue morte / de Charlotte Escamez / mise en espace William Mesguich

Le trésor de Gogui

S’inspirant de sa rencontre avec le linguiste Georges Charachidzé, Charlotte Escamez imagine une fable inventant le trésor d’une langue disparue, qu’elle partage avec ceux du Théâtre de l’Etreinte.

« Que se passe-t-il quand les mots disparaissent ? »

Comment vous est venue l’idée de cette pièce ?

Charlotte Escamez : Au départ, il y avait une histoire réelle dont je me suis emparée pour écrire une fable. J’ai eu la chance de rencontrer, à vingt ans, Georges Charachidzé. Historien et linguiste, il avait été l’élève de Dumézil et avait repris ses recherches sur une des langues du Caucase, l’Oubykh. Décédé en 2010, il était le dernier homme à comprendre, parler et lire l’Oubykh. Charachidzé me parlait du dictionnaire qu’il était en train d’écrire. J’ignore ce qu’est devenu ce trésor…

Pourquoi cet intérêt pour la langue ?

C. E. : Chaque année, des langues disparaissent, comme autant de petites tragédies, surtout si les anthropologues n’ont pas recueilli ce savoir. Le dernier locuteur de l’Oubykh est mort en 1992. Envahis par les Russes, contraints à l’exil, à la dispersion, exterminés, les survivants n’ont pas pris soin de leur langue. Que se passe-t-il quand les mots disparaissent ? Je questionne cette tragédie, même si je n’y réponds pas.

Quelle adaptation théâtrale avez-vous imaginée ?

C. E. : Je pars de la situation suivante. Il reste une poignée de survivants, ils savent qu’ils vont être exterminés et ils votent. Dix décident de partir à l’abri dans les montagnes. Six restent, dont Gogui (c’était le surnom de Charachidzé en Oubykh) qui finit d’écrire son dictionnaire. C’est un huis clos mystérieux, qui parle de la langue, mais aussi des rapports entre ces hommes et ces femmes, les parents et les enfants. Comme je ne sais pas ce que ce dictionnaire est devenu, j’ai voulu une fin ouverte.

 

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

Langue morte
du Dimanche 23 mars 2014 au Dimanche 23 mars 2014
Parvis des Arts
Médiathèque du Pôle Culturel, Parvis des Arts, 82 Rue Marcel Bourdarias, 94140 Alfortville, France

Le 23 mars à 17h. Rencontre avec l’auteur à 18h30.


Festival des Ecritures. Du 22 mars au 1er avril 2014. Pôle Culturel, Parvis des Arts, 94140 Alfortville. Tél. : 01 58 73 29 18. Site : www.pole-culturel.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre