La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -151-sartrouville

Dorothée Zumstein

Dorothée Zumstein - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 octobre 2007

« Restituer le mouvement et le présent de la langue. »

Traductrice et auteur de théâtre, Dorothée Zumstein
traduit Shakespeare pour la première fois. Passionnant et éprouvant !

« La langue de Shakespeare ne prend pas de gants et met en scène des revirements insensés et effrayants, avec une brusquerie déconcertante. On ne peut jamais se reposer lorsqu’on on la traduit ! C’est une expérience assez folle parce qu’on est proche du trac du comédien. J’ai essayé de restituer le mouvement et le présent de cette langue incroyablement vivante, orchestrant des interactions infinies. J’ai pris la liberté de piocher dans les deux versions du Roi Lear : celle du folio, habituellement la version de référence, mais non exempte d’erreurs, et celle du quarto ; c’est une spécificité de cette traduction. En anglais de nombreux mots ont toute une gamme de sens, une variation minime peut éclairer la phrase différemment, provoquant par moments des sortes de révélations. La pièce est bouleversante, éprouvante, on en sort presque comme d’une épreuve physique. La mort de Cordélia, injustifiable et tragique, survient comme un dommage collatéral alors que les deux intrigues enchevêtrées sont dénouées. Au XIXe siècle, Cordélia ne mourait pas ! Ce travail de traduction, dans cette pièce où s’expérimente un long cheminement, change presque la manière de voir le monde… »

Propos recueillis par Agnès Santi 


A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre