La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -150-odeon

CLAUDE RÉGY

CLAUDE RÉGY - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 septembre 2007

L’HUMANITÉ SANS FINALITÉ

PRÉSENTÉE AVEC LE FESTIVAL D’AUTOMNE À PARIS, LA PIÈCE HOMME SANS BUT DU DRAMATURGE NORVÉGIEN ARNE LYGRE EST CRÉÉE PAR LE METTEUR EN SCÈNE CLAUDE RÉGY, ADEPTE DES ÉCRITURES OUVERTES, RÉVÉLATRICES DE L’ÉTAT DU MONDE.

Comment l’écriture d’Homme sans but exerce-t-elle sa séduction ?
Claude Régy : Le ton neuf d’Homme sans but de Lygre résonne avec justesse en évoquant à première vue des insignifiances qui peuvent nous emmener loin dans des zones graves. L’auteur privilégie la simplicité et la sécheresse du langage, provoquant en échange une richesse d’énergie inouïe. Lygre parvient à créer une vie capable de revêtir de nombreux aspects, des scenarii possibles multiples, inventés sur de simples propositions liminaires. C’est un déferlement de vie complexe aux prolongements lointains qui naît à partir d’un nombre de signes limités.

Arne Lygre est un romancier de notre temps.
C. R. : Né en 68, il vit dans l’ère de la science-fiction et des jeux vidéo, dans l’invention d’une réalité dont on ne sait plus si elle est réelle ou pas ; un temps qui se balade librement sans souci de vraisemblance. Le temps de la pièce qui s’étire sur trente ans passe vite, sans le moindre signe de vieillissement. Il laisse les êtres intacts et semblables. Tous ces phénomènes font d’Homme sans but un objet très contemporain.

La pièce d’apparence légère pointe des plaies et des maladies sociales en cours de mondialisation.
C. R. : Une vénalité s’installe peu à peu dans les rapports humains entièrement falsifiés. Lygre arrive à nous faire sentir que rien n’est vrai tout en nous faisant douter de cette fausseté pareille à la vérité. On est ému par ces êtres qui ne sont pas ce qu’ils sont, comme dans la vie. Une histoire ouverte qui se projette sur des probabilités relationnelles jamais

« Un air joyeusement pessimiste dans une jubilation perverse. » Claude Régy

nommées mais envisageables. Afin de se rapprocher le plus possible de l’imaginaire qui préside à l’écriture du texte. Cet univers impalpable m’attire.

Qui est l’« Homme sans but » ?
C. R. : C’est l’humanité sans finalité : les idées viennent et puis s’en vont, comme s’en sont allées les Lumières, puis les utopies modernes passées jusqu’à ce que s’installe aujourd’hui le doute. Cette écriture crée et recrée le trouble. Un air joyeusement pessimiste dans une jubilation perverse.

 

Propos recueillis par Véronique Hotte


Homme sans but, d’Arne Lygre ; mise en scène de Claude Régy. Du 27 septembre au 10 novembre 2007. Ateliers Berthier.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre