La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -305-Le Théâtre,Saint-Nazaire / Le Grand R, La Roche-sur-Yon / Lieu Unique, Nantes / En tournée

Ambra Senatore interroge la vie ensemble dans sa nouvelle création

Ambra Senatore interroge la vie ensemble dans sa nouvelle création - Critique sortie  Saint-Nazaire
© Viola Berlanda La chorégraphe Ambra Senatore

Chorégraphie Ambra Senatore

Entretien Ambra Senatore

Publié le 20 novembre 2022 - N° 305

Ambra Senatore lève le voile sur sa nouvelle création, où onze interprètes au plateau forment avec elle un ensemble aux multiples visages. Questionnant l’identité, l’individu et le groupe, troublant notre regard, elle explore les relations humaines pour faire société, dans un jeu constant entre fiction du quotidien et réalités imaginaires.

Cette nouvelle création se situe-t-elle en continuité ou en rupture avec vos précédentes pièces ?

Ambra Senatore : Dans mon parcours de chorégraphe, j’oscille tout le temps entre petites et grandes créations. J’aime beaucoup cette double possibilité d’avoir des petites formes, comme des propositions in situ créées en trois jours, et des formes au plateau très travaillées, comme c’est le cas aujourd’hui. C’est une nouvelle phase de travail, car je suis partie d’un désir de thématiques à traiter, et non pas de structures comme je le fais habituellement. J’avais très envie de parler de la vie en société, en groupes, des relations entre l’individu et le collectif, et pour cela il me fallait un grand nombre de danseurs.

Cela a-t-il changé votre façon de travailler en studio ?

A.S. : Au fil de mes créations, des méthodes se sont construites, sur lesquelles je m’appuie toujours. Mais pour cette pièce, il a fallu d’abord que je forme un bon groupe. J’ai donc passé énormément de temps à chercher des danseurs, avec des origines variées, lors de nombreux laboratoires en amont. Ensuite, ce qui a changé, c’est le temps passé, pendant les répétitions, à parler du sujet de la pièce, des comportements humains… alors qu’il n’y aura peut-être pas de parole au plateau.

« La question du bonheur d’être ensemble fait partie intégrante du sujet. »

© Bastien Capela
Les 12 danseurs en répétition avec Ambra Senatore

C’est un sujet qui balaye un grand nombre de possibilités de relations, de la plus belle à la plus dure…

A.S. : J’ai choisi ces personnes parce que j’avais envie d’être avec elles, et j’aimerais que les spectateurs ressentent l’envie de faire partie du groupe. La question du bonheur d’être ensemble fait partie intégrante du sujet. Mais je passe aussi, nécessairement, par d’autres états et relations au plateau. J’y vois un mélange d’humanité et de moments où des choses dures ont aussi leur place, liées à l’indifférence, l’agressivité, la mort… Souvent, je montre une chose et, la seconde d’après, son opposé. S’il y a de la légèreté dans mon travail, de la joie et du jeu, il n’y a rien de superficiel. Cet entremêlement permet, j’espère, d’amener de la profondeur.

Comment la musique intervient-elle dans cette pièce ?

A.S. : Je travaille avec Jonathan Seilman dans un double travail d’ambiances sonores globales et de composition de morceaux. Je lui ai demandé de proposer des musiques qui contiennent des réminiscences de mémoires musicales qui seront reconnues par certains, mais pas par d’autres. Et également des réminiscences de musiques d’ailleurs, un ailleurs temporel ou géographique. Le risque, en ayant travaillé tout le temps ensemble, c’est d’être nous-mêmes un tel groupe qu’on ne soit plus capable de parler des autres groupes ! Mais la musique va nous aider à nous transposer dans d’autres contextes, à imaginer.

Propos recueillis par Nathalie Yokel

 

Une création en bonne compagnie

Ambra Senatore construit ses spectacles sur les rencontres, en fonction des artistes qui peuplent sa « famille » d’interprètes. Aujourd’hui, sa démarche l’amène à aller plus loin en considérant cette pièce comme une chorégraphie «créée en compagnie de » Youness Aboulakoul, Pauline Bigot, Pieradolfo Ciulli, Matthieu Coulon Faudemer, Lee Davern, Olimpia Fortuni, Chandra Grangean, Romual Kabore, Alice Lada, Antoine Roux-Briffaud et Marie Rual.

A propos de l'événement

Festival Trajectoires #6, édition 2022
du vendredi 13 janvier 2023 au vendredi 13 janvier 2023

Le Théâtre, scène nationale de Saint-Nazaire, rue des frères Pereire, 44600 Saint-Nazaire. Le 13 janvier 2023 à 20h.


Le Lieu Unique, scène nationale de Nantes, 2 rue de la Biscuiterie, 44000 Nantes. Le 20 janvier 2023 à 21h et le 21 janvier à 19h.


www.festival-trajectoires.com


Le Grand R, scène nationale de La Roche-sur-Yon, Esp. Jeannie Mazurelle, 85000 La Roche-sur-Yon. Le 17 janvier 2023 à 20h30. Tél : 02 51 47 83 83.


 


Egalement le 8 février 2023 à 20h à Klap, maison pour la danse de Marseille, du 5 au 8 avril 2023 à 20h30 au Monfort, Paris.


 


 


 


 


 


 


A lire aussi sur La Terrasse

x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant