La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Festival Un automne à tisser

Festival Un automne à tisser - Critique sortie Théâtre
Crédit photos : Béatrice Logeais / Maison de la Poésie Légende photos : Bernard Noël et Michel Deguy, deux géants pour la poésie.

Publié le 10 septembre 2009

De septembre à novembre, treize compagnies, 14 spectacles, 145 représentations, des lectures, des ateliers, pour tisser au fil de cette troisième édition le lien et la réflexion entre artistes et publics, entre artistes et artistes, entre le monde et sa représentation.

C’est sous le parrainage artistique de Jean-Claude Penchenat qu’Alain Batis et Stanislas Grassian ont créé et pérennisent ce festival convivial et exigeant, visant à mettre en œuvre une véritable rencontre entre les participants, qu’ils soient artistes ou spectateurs. A l’Epée de Bois, lieu “cosy“ et chaleureux, les spectacles des compagnies organisatrices côtoient les créations venues d’ailleurs. Ainsi Alain Batis reprend la touchante et drôle fresque métaphysique Yaacobi et Leidental d’Hanokh Levin qu’il a mis en scène avec une impeccable maîtrise, qui en rehausse la profondeur truculente, la lucidité désenchantée et l’humour caustique. (voir critique) Stanislas Grassian adapte et met en scène Le Songe de l’Oncle d’après Dostoïevski, comédie grinçante inspirée par Gogol où l’arrivée d’un prince sénile et riche dans une petite ville sème la folie. Le metteur en scène présente aussi Carnet d’enfance de Jacques Courtès avec deux personnages, où les interventions musicales et la langue font naître le tableau impressionniste d’une enfance méditerranéenne.

Contre l’asphyxie des consciences

Jean-Claude Penchenat a construit un projet avec les élèves comédiens et danseurs de l’Ecole Paolo Grassi de Milan, fondée par Giorgio Strehler et Paolo Grassi en 1951. Se référant à la commedia dell’arte et à la comédie musicale, la pièce raconte avec verve et humour trois villes : Genève ou l’odeur de la solitude (allusion au grand nombre de chiens dans la ville) ; Paris ou aimer à tout prix ; Milan, tout un programme ! A découvrir aussi des lectures publiques mises en espace par Jean-Claude Penchenat avec un groupe d’acteurs : A table !, Les gens de maison, Je t’offre un café. Sont convoqués pour l’occasion Rabelais, Maupassant, Duras, Perec, Barthes, Molière, Genet, Swift… Parmi le florilège de pièces au programme, Crime et Châtiment d’après Dostoïevski par Nikson Pitaqaj, qui ne resserre pas l’action autour de Raskolnikov mais fait exister chaque personnage pour dessiner le tableau d’une société en pleine dégradation. Et aussi Thebaïde ! Fils d’Œdipe ! d’après Racine et Sophocle, Euripide et Rotrou, pièce adaptée et mise en scène par Claude Bonin ; L’écume des jours de Boris Vian, roman adapté et mis en scène par Béatrice de La Boulaye ; Hyènes de Christian Siméon, monologue sous haute tension mis en scène par Thierry Falvisaner ; Calderon de Pasolini dans la mise en scène de Clara Chabalier ; Mères veilleuses de Sylvie Chastain, huit portraits sensibles de femmes marginalisées mis en scène par Hervé Bernard Omnes ; Sentier de dépendance, parcours amoureux difficile écrit et mis en scène par Marie de Beaumont ; Le train de 7h40 et autres contes ferroviaires, conte musical d’Alain Karpati ; Words are watching you, esquisses théâtrales à partir de 1984 de George Orwell contre l’asphyxie des consciences avant la création définitive d’une trilogie par la compagnie Idiomécanic Théâtre. Une manifestation foisonnante, qui compte aussi une table ronde autour des Mots du progrès le 25 octobre. 

Agnès Santi


Festival Un automne à tisser du 10 septembre au 1er novembre au Théâtre de l’Epée de Bois, Cartoucherie, 75012 Paris. Tél : 01 48 08 39 74.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre