La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Festival Quijote 2015

Festival Quijote 2015 - Critique sortie Théâtre Paris @
Nadadores Nocturnos de José Manuel Mora, mis en scène par Carlotta Ferrer. © Eduardo Lopez - Sirai Siriano

Café de la Danse / Théâtre de Bellevile

Publié le 26 octobre 2015 - N° 237

24ème édition d’un festival révélant au public francilien toute la richesse du théâtre hispanique contemporain, à travers neuf spectacles singuliers éclairant l’Histoire ou la société d’aujourd’hui.

Concocté par une équipe dont l’expertise se fonde sur une connaissance fine de la scène hispanique, ce festival à l’écart de tout suivisme propose de découvrir des œuvres originales et authentiques, à l’affiche en Espagne malgré une quasi absence de politique culturelle. Sept compagnies espagnoles, un spectacle bolivien et une production française éclairent ainsi l’Histoire et notre société contemporaine à travers un prisme inédit. Première en France, Famélica de Juan Mayorga révèle les aliénations générées par le monde économique sous la forme d’une comédie sociale où surgissent désirs, impostures et  frustrations enfouis. Ecrite dans le cadre des Chantiers d’Europe initiés par le Théâtre de la Ville, Nadadores Nocturnos de José Manuel Mora, mis en scène par Carlotta Ferrer, déploie un kaléidoscope de voix et d’histoires fragmentées, tragiquement inabouties. Dans une veine expressionniste grotesque, La Celestina de Fernando de Rojas, écrit sous forme de roman dialogué vers 1499, explore les tribulations d’un personnage féminin marquant de la littérature espagnole, la vieille entremetteuse Celestina. Conjuguant jeu, danse et musique, Només són dones (Sólo son mujeres) éclaire le sort des femmes prisonnières pendant la Guerre Civile espagnole, en lutte contre les carcans et la dictature. Potestad, monologue de l’acteur, dramaturge et psychiatre argentin Eduardo Pavlovsky, met en lumière le destin des enfants volés par la dictature argentine, à travers le récit détaillé par un père de l’enlèvement de sa fille, porté par l’immense comédien Charles Gonzales.

Déambulations mentales

Juana, la reina que no quiso reinar de Jesùs Carazo, mis en scène par Juan D. Caballero, met en lumière un personnage méconnu, formidablement interprété par Gema Matarranz : la reine Jeanne de Castille, plus connue sous le nom de Jeanne La Folle, qui se rebella contre l’absolutisme et fut enfermée dans un couvent pendant plus de quarante ans. C’est là que se déroule l’intrigue, au fil de déambulations mentales. Créée collectivement sous la direction du dramaturge argentin Aristide Vargas, Mar se fonde sur la perte du littoral par la Bolivie suite à la guerre du Pacifique contre le Chili au XIXème siècle, pour  en révéler la dimension poétique et métaphorique. Ligeros de equipaje, écrit et mis en scène par Jesùs Arbues, fut créé à partir de multiples chroniques et témoignages sur l’exode en France d’environ 500000 personnes à la fin de la Guerre Civile espagnole en 1939, accueillis pour beaucoup d’entre eux de façon déplorable. Et pour le jeune public, Ros Diaz met en scène et interprète Una niña, quête de l’enfance à travers le langage du clown. Une occasion unique de découvrir le bon théâtre hispanique.

Agnès Santi

A propos de l'événement

Festival Quijote 2015
du Samedi 21 novembre 2015 au Dimanche 27 décembre 2015
@
5 Passage Louis-Philippe, 75011 Paris, France

Tél : 01 48 28 79 90. Théâtre de Belleville, 94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris. Potestad, du 4 au 6 décembre. Tél : 01 48 06 72 34. www.zorongo.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre