La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Farben

Farben - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de la Tempête
Odja Llorca dans Farben Crédit photo : Philippe Delacroix

Théâtre de la Tempête / de Mathieu Bertholet / mes Véronique Bellegarde

Publié le 23 novembre 2015 - N° 238

Véronique Bellegarde met en scène le texte écrit par Mathieu Bertholet sur la vie sacrifiée et l’œuvre brisée de Clara Immerwahr. Un spectacle qui peine à trouver unité esthétique et unisson interprétatif.

Femme de… Clara Immerwahr était celle de Fritz Haber, brillant chimiste humilié par ses pairs, qui mit son génie au service de la mort au lieu d’en faire l’instrument philanthrope du progrès. La synthèse de l’ammoniac ne permit pas seulement de fabriquer les engrais de la rentabilité agricole, mais faucha aussi les soldats de 14, asphyxiés par le gaz moutarde. Considérant que la cuisine était la seule chimie autorisée aux femmes, Fritz relégua son épouse aux fourneaux et l’installa dans un salon alors qu’elle rêvait d’un laboratoire. A la même époque, Marie Curie touillait la pechblende dans les cuves du hangar de la rue Vauquelin et recevait le Prix Nobel avec Pierre… Marie mourut de ses recherches ; Clara se suicida pour n’avoir pu mener les siennes à bien… Odja Llorca interprète avec une émotion poignante cet esprit brimé car né dans un corps de femme : la comédienne campe avec une belle conviction la victime du bourreau domestique Haber.

Synthèse de l’ammoniac sans synthèse artistique

Autour d’elle, tournoient les gardiens de sa prison : Olivier Balazuc est Haber, personnage fat et prétentieux. Le comédien a tendance à vampiriser le plateau. Il ne parvient pas à suggérer la complexité psychologique de son personnage, même si le texte élucide les raisons de son autoritarisme imbécile. Hélène Delavault compose avec générosité la Tante Otilie (on retrouve avec bonheur l’art toujours délicieux et désopilant de la vocalise couleur gouaille et velours de la chanteuse). Mais le reste de la troupe ne dépasse pas la somme de singularités talentueuses, certes, mais disparates, faute d’un souci patent de jeu commun. La mise en scène et la scénographie présentent le même aspect hétéroclite : une foule de bonnes idées juxtaposées (film avec les époux Curie, fumigènes et glouglous sortant des éprouvettes, utilisation des micros, champignons et gazon, etc.), mais pas de direction unifiée des effets. Les comédiens, et pas seulement leurs personnages, semblent rivaliser pour la gloire de prestations individuelles ; l’ensemble compose un spectacle plaisant par endroits, mais globalement disparate et trop haché.

Catherine Robert

A propos de l'événement

Farben
du Vendredi 13 novembre 2015 au Dimanche 13 décembre 2015
Théâtre de la Tempête
75012 Paris, France

Du mardi au samedi à 20h30 ; dimanche à 16h30. Tél. : 01 43 28 36 36. Durée : 1h30.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre