La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien Claudio Tolcachir

Dinamo

Dinamo - Critique sortie Avignon / 2015 Avignon Gymnase du lycée Mistral
Crédit : Benjamin Torres Aguero Légende : L’auteur et metteur en scène argentin Claudio Tolcachir.

Gymnase du Lycée Mistral / texte et mes Claudio Tolcachir, Lautaro Perotti, Melisa Hermida

Publié le 26 juin 2015 - N° 234

En collaboration avec Lautaro Perotti et Melisa Hermida, Claudio Tolcachir présente Dinamo dans le gymnase du Lycée Mistral. L’histoire de  trois femmes « fragiles, absurdes et pathétiques » qui cohabitent sans le savoir…

Comment ce projet de spectacle est-il né ?

Claudio Tolcachir : Il est né d’une recherche que Lautaro Perotti, Melisa Hermida et moi-même menons depuis déjà un certain temps. Une recherche liée au silence, à la mise en scène d’une pensée en mouvement, à l’espace que seul le spectateur peut investir grâce à son intuition et sa sensibilité. A travers Dinamo, nous nous sommes posé un défi : faire apparaître, sur une scène de théâtre, la solitude, l’intimité pure. Nous avons aussi été guidés par notre désir de construire des univers singuliers au sein desquels la tendresse et le pathétique fusionnent pour créer un langage nouveau. Nous avons donc commencé par choisir trois actrices qui nous inspiraient (ndlr, Daniela Pal, Marta Lubos et Paula Ransenberg). C’est pour elles que nous avons pensé les personnages de Dinamo.

Quelles réalités du monde ces personnages éclairent-ils ?

Cl. T. : Ces trois femmes – fragiles, absurdes et pathétiques – cohabitent sans le savoir. Chacune, à sa manière, se trouve au bord de la route, comme la caravane dans laquelle elles vivent. A travers leurs gestes et leurs actions solitaires, on peut lire à la fois leur passé, leur présent et leur futur. Peut-être réussiront-elles à franchir la distance qui les sépare…

« A travers Dinamo, nous nous sommes posé un défi : faire apparaître, sur une scène de théâtre, la solitude, l’intimité pure. »

Pouvez-vous nous en dire plus sur elles ?

Cl. T. : Ada a été chanteuse. C’est une rebelle qui a mené sa vie avec beaucoup d’intensité. En panne, elle attend que reviennent le désir, la musique et l’amour perdu qui lui a ôté la joie de vivre. Marisa, elle, débarque dans la caravane avec le désir de relancer sa carrière de tennis, 30 ans après avoir joué son dernier match ! Elle est enfermée dans une histoire d’enfance qui l’a traumatisée et ne cesse de la hanter. Quant à Harima, il s’agit d’une immigrée. Elle vit cachée sur le toit de cette même caravane. Finalement, bien que ce soit celle qui ait l’histoire la plus difficile, c’est sans doute elle qui se sort le mieux de ces circonstances de vie.

Pourquoi avez-vous pris le parti de cette création à trois co-auteurs et co-metteurs en scène ?

Cl. T. : Ecrire et mettre en scène à trois a été, pour nous, une façon de développer des pistes différentes au sein de l’œuvre. Pour ce faire, il a fallu, bien sûr, beaucoup de temps de discussions, de rigolades et de disputes. Finalement, ce  travail sur la solitude et la difficulté de communiquer a été conçu grâce à de constants échanges entre nous trois. J’admire profondément, et depuis longtemps, la vision que portent Lautaro Perotti et Melisa Hermida sur le théâtre. Je voulais que leurs propositions puissent nourrir mes propres propositions, puissent se confronter à ma propre vision des choses. De tous ces débats a réussi à surgir une œuvre poétique pleine de mondes secrets.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Dinamo
du Jeudi 16 juillet 2015 au Jeudi 23 juillet 2015
Gymnase du lycée Mistral
Lycee Frédéric Mistral, Rue d’Annanelle, 84000 Avignon, France

A 15h, relâche le 20. Festival d’Avignon. 


Tél : 04 90 14 14 14.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes