La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

Deborah Warner met en scène Le Messie de Haendel

Deborah Warner met en scène Le Messie de Haendel - Critique sortie Classique / Opéra Paris Théâtre du Châtelet
Le Messie mis en scène par Deborah Warner © Stofleth

ORATORIO MIS EN SCENE / THEATRE DU CHATELET

Publié le 16 décembre 2021 - N° 295

Signée Deborah Warner, cette production scénique de l’oratorio de Haendel avait marqué les esprits lors de sa création à l’Opéra de Lyon.

Après une grande campagne de travaux, un changement de direction et les vicissitudes liées à la crise sanitaire, le Théâtre du Châtelet cherche encore ses marques en termes de programmation. Une chose est sûre : le choix de productions spectaculaires intelligemment reprogrammées est un atout. Après le Saül de Barrie Kosky, emprunté au Festival de Glyndebourne, la saison passée, c’est un autre oratorio de Haendel qui est à l’affiche, dans la production lyonnaise, elle aussi haute en couleurs, moderne et intemporelle, de Deborah Warner, qui donne sa part à la vidéo (Lysander Ashton) aussi bien qu’à la danse (chorégraphie : Kim Brandstrup). La grande metteuse en scène britannique, familière au théâtre des textes de Shakespeare, Brecht ou Ibsen, mais aussi des productions d’opéra (à la Scala de Milan, Opéra Comique, Covent Garden, Glyndebourne…), a développé un goût particulier, dont témoigne ce projet, pour porter à la scène certaines œuvres de concerts. Avant cette production du Messie créée à l’Opéra de Lyon en 2012, dès 2009, elle avait déjà abordé le plus célèbre oratorio de Haendel pour l’English Opera Group, et plus tard réalisa aussi des mises en scène de la Passion selon Saint Matthieu de Bach ou du Journal d’un disparu de Janacek.

Une lecture actuelle et émotionnelle

La démarche de Deborah Warner dans Le Messie est de réinsuffler à l’œuvre une fluidité, une transparence propice à la redécouverte sensible d’une partition débarrassée de ce qu’elle peut avoir parfois de grandiloquent. « Je ne veux pas transformer cet oratorio en opéra. Je préfère créer un contexte dans lequel la métaphore poétique s’élève. Je veux qu’il circule beaucoup d’air entre l’image et l’action pour donner à chaque spectateur la possibilité d’élaborer sa propre interprétation » insiste Deborah Warner qui livre une vision très contemporaine du Messie. Les Chœurs, Maîtrise et Orchestre de l’Opéra de Lyon (sur instruments modernes donc), remarquables de vivacité et de souplesse, sont au diapason de cette lecture actuelle et émotionnelle, comme à fleur de peau. La direction musicale est pour cela confiée au violoniste et chef Stefano Montanari, fin connaisseur du répertoire baroque, comme l’atteste sa participation à l’aventure comme violon solo de l’Accademia Bizantina de Ravenne depuis 1995, ou encore auprès de Christophe Rousset avec Les Talens Lyriques et de nombreux ensembles spécialisés. Avec les voix de Anne Devib (soprano), Christine Rice (alto), Allan Clayton (ténor) et Christopher Purves (basse).

 

Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

Le Messie de Haendel
Théâtre du Châtelet
Place du Châtelet, 75001 Paris

Les 19, 21, 25, 27 et 29 janvier à 19h30, dimanche 23 janvier à 15h. Tél. : 01 40 28 28 40.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra