La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Gros Plan

Chiche l’Afrique

Chiche l’Afrique - Critique sortie Avignon / 2011

Publié le 10 juillet 2011

Gustave Akakpo est auteur, comédien, conteur, plasticien et illustrateur. A travers Chiche l’Afrique, ce « ruminant farceur » convoque les chefs d’Etat africains pour une délirante revue de presse.

« J’ai l’impression qu’il y a des pans entiers du monde qui séjournent en moi et qu’écrire est une façon d’éclairer, à ma façon, certaines problématiques. » disait Gustave Akakpo, dans un entretien accordé à La Terrasse, lors de l’année qu’il passa en résidence au TARMAC de La Villette. C’est à l’occasion de son installation dans ce théâtre, où l’intelligente et généreuse Valérie Baran a su, ces dernières années, permettre la découverte du meilleur et du plus prometteur de la scène francophone contemporaine, qu’on a pu mieux connaître cet auteur aux mots en liberté, qui choisit toujours de rire là où on pourrait pleurer. On se souvient de A petite Pierres et de Habbat Alep, mais aussi de la création de Chiche l’Afrique, repris cet été au Petit Louvre. Dans ce spectacle drôlement insolent, Gustave Akakpo se fait bateleur et imitateur et « convoque une pléiade de dictateurs ou d’élus aux mains propres ( !) à la plus délirante des revues de presse africaine qui ne manque pas de nous égratigner au passage ».

Rejetons autocratiques

On y retrouve toutes les gabegies de la Françafrique, la corruption, l’hypocrisie, les relations incestueuses entre l’ancienne colonie toujours avide et ses rejetons autocratiques qui engraissent en affamant leurs peuples. Comme un gamin qui s’amuse, Gustave Akakpo transforme la scène en guignol hilarant et tire à boulets rouges sur les compromis, les vendus et les traîtres. Car, comme le disait Aimé Césaire à propos de Fanon, il est des « guerriers-silex » qui « rayent le regard des bourreaux » : par le rire, Gustave Akakpo est de ce combat !

Catherine Robert


Avignon Off. Chiche l’Afrique, texte et interprétation de Gustave Akakpo ; mise en scène de Thierry Blanc. Du 8 au 31 juillet 2011 à 21h35. Petit Louvre, Chapelle des Templiers, 23, rue Saint-Agricol. Tél. : 04 90 86 04 24.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes