La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan / SAISON 2015 - 2016

Centenaire Louis XIV

Centenaire Louis XIV - Critique sortie Classique / Opéra Versailles
Raphaël Pichon dirige la musique des funérailles de Louis XIV à Versailles. © J.-B. Millot

GROS PLAN / CHÂTEAU DE VERSAILLES

Si le Château de Versailles et ses jardins se sont ouverts depuis plusieurs années à l’art contemporain, la saison musicale, quant à elle, renvoie fidèlement aux grandes heures du lieu avec une programmation tournée vers le baroque, subtil mélange d’érudition musicologique et d’affiches prestigieuses.

Habitué à célébrer tel ou tel compositeur selon les hasards de l’éphéméride, l’Opéra royal se tourne, en cette année tricentenaire de la mort de Louis XIV, vers le maître des lieux.  Le « Roi Soleil », on le sait, goûtait la musique, dont il faisait à la fois un délassement et un messager de ses ambitions politiques et diplomatiques. La musique ainsi a scandé le cours des années à la cour de Versailles. Commençons par la fin : la saison du tricentenaire s’ouvrira avec deux programmes de musique funèbre. Le 10 octobre, Les Pages et les Chantres du centre de musique baroque de Versailles et l’ensemble La Rêveuse interprètent trois pages sacrées de Marc-Antoine Charpentier composées à l’occasion des funérailles de la reine Marie-Thérèse en 1683. On comprend peut-être mieux encore l’importance de la musique dans la « société de cour » – et plus largement dans le gouvernement du royaume – avec la mise en musique des funérailles de Louis XIV, que fera revivre, si l’on peut dire, Raphaël Pichon à la tête de l’ensemble Pygmalion, qu’il a fondé voici dix ans, réuni ici en grand effectif, chœur et orchestre (3 et 4 novembre). La musique accompagne en effet tout le cycle funéraire, de la chapelle ardente à Versailles, à la mise au caveau en la Basilique Saint-Denis. Raphaël Pichon dirigera notamment le De profundis que Michel-Richard de Lalande composa en sa qualité de maître de musique de la Chapelle royale et de la Chambre du Roi. Il est à noter que ces concerts seront prolongés par toute une programmation de musiques pour la mort des rois aux xviie et xviiie siècles.

La musique liée au gouvernement du royaume  

Un peu plus tard dans la saison (le 16 décembre), le Galilei Consort dirigé par Benjamin Chénier évoquera les célébrations vénitiennes qui saluèrent, à la demande de Louis XIII, la naissance du Dauphin en 1638. Parmi les œuvres de Monteverdi et Cavalli, on entendra la Grande Messe composée pour l’occasion par Giovanni Rovetta et restituée pour la première fois par Benjamin Chénier. L’opéra fut au siècle de Louis XIV un puissant outil d’expression du pouvoir royal. Armide, testament musical de Lully sera donné les 20, 21 et 22 novembre sous la direction de David Fallis dans une production venue du Canada. Deux des comédies-ballets écrites avec Molière, Monsieur de Pourceaugnac et Le Bourgeois gentilhomme, sont également au programme. Ces œuvres, véritables farces qui puisent aux sources de la Commedia dell’arte, réclament une parfaite compréhension mutuelle de la musique et du théâtre – un défi que relèvent bien volontiers William Christie et Clément Hervieu-Léger, puis Christophe Coin et Denis Podalydès. Du rire et des larmes : voilà bien résumé en musique le Versailles de Louis XIV.

 

J.-G. Lebrun

A propos de l'événement

Centenaire Louis XIV
du Samedi 10 octobre 2015 au Dimanche 19 juin 2016

Place d'Armes, Château de Versailles, 78000 Versailles, France

Tél. : 01 30 83 78 89.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra