La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Bestie di scena

Bestie di scena - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre du Rond-Point
Bestie di scena, au Théâtre du Rond-Point. CR : Masiar Pasquali

Théâtre du Rond-Point / mes Emma Dante

Publié le 24 janvier 2018 - N° 262

Qui sont ces bêtes de scène qui arpentent les hauts plateaux ? Mi-hommes, mi animaux, Emma Dante, dans Bestie di scena, met ses acteurs et danseurs à nu.

Voilà une forme qui tient autant du théâtre que de la danse, comme en est coutumière Emma Dante. Ils sont quatorze sur scène, danseurs et acteurs confondus, que l’artiste sicilienne considère comme des bêtes de scène. Non pas qu’ils seraient meilleurs que les autres, mais parce que pour construire ce spectacle, elle a soumis ces drôles d’animaux à l’étude afin de les mettre à nu. Leur dépouillement s’opère dans le sens littéral du terme – très vite, les quatorze bêtes de scène se dénudent – mais aussi de manière métaphorique, universelle, parce que Bestie di scena travaille sur la nature profonde – et donc bestiale – de tout homme.

Une histoire de notre humanité

« L’homme est un animal social » affirmait Aristote. La troupe d’Emma Dante se transforme ainsi en humain troupeau mais laisse aussi voir les singularités qui la composent. Les corps ressemblent aux nôtres, ils sont imparfaits et pluriels – gros, maigres, jeunes ou âgés – et les personnalités s’expriment en des réflexes conditionnés. L’une s’enfuit dès que ça pétarade, l’autre devient tout raide dès que se présente un balai. A travers une somme d’interactions avec des objets qui pénètrent soudain l’espace de la scène, ces bêtes deviennent vite très familières et fonctionnent en groupe – jeu, partage, entraide et création – y compris dans le conflit – rapports de pouvoir et violence pulsionnelle. Cette histoire de notre humanité prise en étau entre ses instincts et son désir de s’en libérer alterne images morbides, scènes drôles et tableaux de grande beauté, pour un spectacle délicat qui, sans un mot, ne cesse de nous parler.

Eric Demey

A propos de l'événement

Bestie di scena
du Mardi 6 février 2018 au Dimanche 25 février 2018
Théâtre du Rond-Point
2 bis Avenue F.D. Roosevelt, 75008 Paris

à 21h, le dimanche à 15h. Relâche les lundis et le 13 février. Durée : 1h. Spectacle vu au Festival d’Avignon 2017. Egalement en tournée les 18 et 19 janvier à la Minoterie à Marseille, les 30 et 31 mars à l’Anthéa à Antibes, le 3 avril à Montbéliard à Ma-Scène nationale.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre