La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Belles-sœurs

Belles-sœurs - Critique sortie Théâtre
Crédit photo : Valérie Remise Légende photo : Daniel Bélanger et René Richard Cyr font swinguer les Belles-sœurs de Michel Tremblay.

Publié le 10 avril 2012 - N° 197

Quarante ans après Les Belles-sœurs, pièce de Michel Tremblay qui révolutionna le paysage culturel et social du Québec, René Richard Cyr en propose une virevoltante adaptation musicale.

 

Cent points pour une assiette, mille points pour un coussin : le confort moderne et l’opulence matérielle sont à choisir sur catalogue, à condition d’y coller les timbres-primes GoldStar, correspondant aux différents lots. Bingo ! Germaine Lauzon, femme au foyer à Montréal, gagne un million de ces timbres ! Gratis ! Le bonheur est à portée de salive ! Afin d’accélérer le collage des timbres, Germaine invite ses sœurs, ses belles-sœurs, ses voisines et ses copines à l’aider. Quatorze femmes arrivent dans le petit appartement, où l’on a poussé les meubles, et se mettent au travail. Les langues se délient, autant pour estampiller le catalogue aux merveilles que pour causer, ragoter et plaisanter. Elles collent et s’accolent, se déchirent en déchiquetant les rouleaux de vignettes, et racontent le difficile métier de vivre quand on est femme, quand on est fille, quand on est pauvre, quand on est seule ou mal mariée, qu’on s’est épuisé à faire des enfants ou qu’on en attend un qu’on voudrait bien faire passer…

Les joyeuses commères de Montréal

Michel Tremblay a écrit Les Belles-sœurs en joual, cette langue « inventée par les Montréalaises du milieu ouvrier du début du XXème siècle, quand les hommes sont partis travailler en anglais et ont ramené des mots anglais à la maison. Les femmes voulaient parler français et traduisaient phonétiquement les mots, inventant ainsi de véritables néologismes. » Dans la comédie musicale adaptée de cette pièce, qui connut un énorme succès à sa création, René Richard Cyr a conservé ce parler truculent et désopilant. Daniel Bélanger a composé une musique enlevée, jouée en direct sur scène. La rencontre entre les deux artistes et le texte de Michel Tremblay donne naissance à un spectacle virevoltant, dont s’emparent quinze excellentes comédiennes. Agées de vingt à quatre-vingt-dix ans, ces actrices et chanteuses composent un ensemble vocal virtuose : elles sont aussi drôles qu’émouvantes, aussi à l’aise dans les morceaux choraux que dans les solos. La scénographie installe toute la bande sur deux niveaux, reliés par des escaliers latéraux : les déplacements sont fluides, la succession des tableaux est efficacement rythmée, et le décor réserve des surprises drolatiques du meilleur effet. Costumes chatoyants, abattage et vigueur enthousiaste, joie communicative et émotion emballante : ces belles-sœurs sont aussi sympathiques que talentueuses, et le travail impeccable de toute la troupe mérite un sacré coup de chapeau !

 

Catherine Robert


 

Belles-sœurs, théâtre musical, d’après Les Belles-sœurs, de Michel Tremblay ; livret, paroles et mise en scène de René Richard Cyr ; musique de Daniel Bélanger. Du 8 mars au 7 avril 2012 à 21h ; dimanche à 15h ; relâche le lundi, les 11, 15, 22 et 29 mars et le 5 avril. Théâtre du Rond-Point, 2bis, avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris. Tél : 01 44 95 98 21. Durée : 1h50.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre