La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

As you like it

As you like it - Critique sortie Théâtre
Légende : La pastorale comique d’As you like it Crédit : Thomas Faverjon

Publié le 10 décembre 2010

La compagnie Barbès 35 s’empare d’une comédie légère et peu connue de Shakespeare. As You like it où la pastorale travestie révèle le théâtre de la vie et de l’amour.

S’il permet de s’éloigner du monde, l’exil peut alors servir à ce qu’éclate la véritable nature des sentiments. Comme souvent chez Shakespeare, l’Homme est en quête de cette vérité qui gît au fond du cœur, que la société ensevelit à force d’encourager les simagrées. Et comme souvent aussi, travestissements, identités d’emprunt et autres billets volés font se multiplier les quiproquos, bouffonneries et autres scènes de reconnaissance. As you like it appartient bien à ce théâtre qui traque les faux-semblants et souligne à quel point la vie est une comédie. Orlando et Rosalinde en sont les deux protagonistes. Lui doit s’exiler pour avoir vaincu le meilleur lutteur du duc. Elle, qui s’est éprise de lui au premier regard – et réciproquement – se déguise en jeune garçon pour affronter les périls de la forêt. Pour mieux tricoter encore la maille légère des variations amoureuses, d’autres couples doublent, triplent, compliquent l’aventure, dont le point de fuite sera pour tous une fin heureuse : les retrouvailles amoureuses.

Burlesque façon Echo des Savanes

La compagnie Barbès 35 inscrit à l’envi cette pièce dans un registre dont on a peut-être trop souvent éloigné Shakespeare : celui de la comédie populaire qui les soirs de carnaval renverse la pyramide du pouvoir et laisse jaillir au grand jour les instincts enfouis. Scènes grivoises, amours licencieuses et jeux de mots égrillards ponctuent régulièrement cette pastorale qui souvent se parodie.  Egarés dans la forêt d’Ardennes, les personnages se révèlent à leur véritable nature. Dans un phrasé quotidien, quand il ne souligne pas qu’ici on joue la comédie, les acteurs circulent entre scène et salle au gré d’une mise en scène et d’une interprétation cependant trop brouillonnes pour que s’installent des codes et des caractères suffisamment parlants. Décors, costumes, intermèdes musicaux esquissent un univers un peu bande dessinée (Rosalinde telle un Tintin), un peu rock années 80, un ensemble bien sûr burlesque façon Echo des savanes. On pense à Hamlet, à La Nuit des rois, à toutes ces thématiques et situations shakespeariennes que l’on retrouve dans le texte auquel la nouvelle traduction de Pascal Collin offre une modernité de bon aloi. Mais l’énergie du groupe et la surabondante recherche d’actions scéniques  emportent avec elles l’émotion et la poésie qui affleurent sans fleurir faute de nuances. A force de pencher vers la comédie, l’humanité des personnages s’enfuit, la pertinence des répliques bouffonnes s’enfouit sous cette obsession du rire, de la surprise et du mouvement qui chez Shakespeare ne font pas toute la comédie.

Eric Demey


As you like it (comme il vous plaira) de William Shakespeare, mise en scène de Cendre Chassanne, du 25 novembre au 6 décembre au théâtre Berthelot à Montreuil (relâche le dimanche). Réservations : 01 41 72 10 35.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre