La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre

Après la pluie, par le Cirque Désaccordé

<p>Après la pluie</i>, par le Cirque Désaccordé</p> - Critique sortie Théâtre
Crédit photo : V. Arbelet Légende photo : Whita (Edith Scob) assaillie par les images du passé

Publié le 10 mars 2007 - N° 146

Le Cirque Plume a égrainé ses Plic Ploc plein de poésie, le Cirque
Eloize a fait tomber des trombes d’eau avec Rain, Jérôme Thomas a tendu
un Arc après la pluie, le Cirque Romanès a élu sa Reine des Flaques
d’eau
? Que d’eau, que d’eau depuis quelque temps dans le monde du cirque !
Ici, la pluie du Cirque Désaccordé n?est pas le sujet principal du spectacle. La
troupe nous invite plutôt à regarder au-delà de la grisaille quotidienne pour
mieux attendre? le beau temps.

Entrer sous le chapiteau du Cirque Désaccordé, c’est un peu comme prendre le
train en marche d’une vie qui se déroule, bon an, mal an, au gré des turpitudes
du quotidien. On s’immisce discrètement dans l’existence de ce collectif
d’artistes, qui, depuis leur collaboration avec le metteur en scène Guy
Alloucherie dès leur sortie du CNAC dans C’est pour toi que je fais ça,
assume doublement leur identité de circassiens. Pleinement, ils revendiquent le
travail sous chapiteau, la vie en caravane, le nomadisme et la création
collective. Profondément, ils participent de l’évolution du cirque
d’aujourd’hui, dans des spectacles mêlant la virtuosité des disciplines
traditionnelles du cirque avec des dramaturgies élaborées à l’aune d’histoires
toujours plus poétiques. Ici, Après la pluie a le parfum du suranné comme
celui du gâteau au chocolat qui se prépare devant nous. Les yeux gourmands, on
assiste alors à des tranches de vies variant du burlesque au mélancolique,
flirtant joyeusement avec le réalisme comme avec l’extraordinaire.

Derrière la banalité des situations, une machine à rêves se met en marche

D’emblée, le décor nous plonge dans un univers à part : une roulotte, une
lessive que l’on vient d’étendre, une vieille gazinière, une moto à réparer, une
balançoire qui attend’ Le temps semble s’être arrêté autour de cette tribu qui
conserve, dans sa garde-robe, les traces des années cinquante. Pourtant, le
spectacle va animer ce petit monde et faire vivre chacun dans ses tâches les
plus quotidiennes, pour mieux révéler ensuite la prouesse derrière la monotonie.
Ici, on dort suspendu en l’air, on se lave dans des flaques d’eau, on répond au
téléphone à plusieurs mètres de hauteur, et l’on fait tourbillonner d’un élan
fébrile et joyeux la petite fête d’anniversaire en famille. Voltige, acrobaties,
balançoire russe, main à main, fil de fer, tout est finalement prétexte à
révéler la folie douce qui caractérise la troupe. Le tout dans une ambiance
musicale enlevée par les cuivres et les percussions, à déguster en famille dès
quatre ans.

Nathalie Yokel

Après la pluie, par le Cirque Désaccordé, les 23, 24, 30, et 31 mars et
les 6 et 7 avril à 20h30, les 25 mars, 1er et 8 avril à 16h, à l’Espace Cirque
d’Antony, rue Georges Suant, 92 Antony. Tel : 01 46 66 02 74.

 

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre