La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien Tiago Rodrigues

Antoine et Cléopâtre

Antoine et Cléopâtre - Critique sortie Avignon / 2015 Avignon Théâtre Benoît XII
Crédit photo : Magda Bizarro Légende photo : Tiago Rodrigues

Théâtre Benoît-XII / D’après Shakespeare / Texte et mise en scène Tiago Rodrigues

Publié le 26 juin 2015 - N° 234

Antoine et Cléopâtre… Ces deux noms brillent au firmament de la passion qui s’abîme sur les brisants de la politique. L’auteur et metteur en scène portugais Tiago Rodrigues livre sa version : un duo taillé à même la personnalité des interprètes, qui fait résonner la tragédie au cœur du présent.

Dans By heart, présenté en France cette saison, vous ameniez le spectateur à partager l’expérience de ce qu’est apprendre un texte par cœur. La mémoire des œuvres vous habite-t-elle ?

Tiago Rodrigues : Les mots sont au centre de ma vie. L’écriture et la lecture m’ont construit en tant que personne et artiste. J’ai découvert à l’adolescence qu’écrire pouvait être ma façon de participer au monde, d’être avec les autres. Dans les livres, j’ai trouvé des compagnons qui partageaient mes questions, mes émotions, qui me soutenaient dans mon existence. Des auteurs ont écrit avec génie ce que je ressentais, ce que j’aurais voulu exprimer ! La mémoire des œuvres me traverse au quotidien, dans mon métier de metteur en scène et de comédien. Travailler sur le répertoire, c’est chercher à mettre au présent non seulement la pièce mais aussi sa mémoire, et s’interroger sur celle qu’on veut inventer. Le comédien doit aussi s’approprier les mots, il les mange, les digère pour les faire siens.

« La mémoire des œuvres me traverse au quotidien. »

Pourquoi alors créer « votre » Antoine et Cléopâtre plutôt que de mettre en scène la pièce de Shakespeare ?

T. R. : J’appréhende le théâtre comme un prolongement de la lecture, qui prend corps par la mise en scène, le jeu des comédiens mais aussi l’écriture. En fait, je lis en écrivant ! Shakespeare s’inscrit d’ailleurs dans une tradition de réécriture et s’inspire de Plutarque, lui-même héritier de divers écrits et récits de tradition orale. La tragédie d’Antoine et Cléopâtre m’intéresse depuis longtemps et résonne avec une troublante acuité. Elle superpose deux discours, l’un politique, public, historique, l’autre intime, amoureux, tragique, qui sont toujours en jeu. Antoine et Cléopâtre vivent en représentation permanente. Ils jouent leur rôle. A travers eux s’affrontent deux mondes : l’Orient et l’Occident, mais aussi le sentiment et la raison, l’hédonisme et le travail, le féminin et le masculin, la guerre et l’amour… Cette dichotomie rappelle le théâtre, comme moment où se joignent l’intime et le collectif, dans le propos comme dans l’expérience du spectateur.

Comment avez-vous conçu votre version ?

T. R. : Le processus d’écriture part de matériaux textuels que je propose et se nourrit des échanges avec l’équipe de création. Le texte prend forme au fur et mesure que les comédiens l’expérimente sur le plateau et continue d’évoluer durant les répétitions. J’écris pour et avec eux. Ici j’ai intégré le langage propre de Sofia Diaz et Vitor Roriz qui condensent la pièce en un duo. Nous avons lu ensemble à voix haute, discuté avec un traducteur et des spécialistes de Shakespeare, souligné ce qui résonne pour nous, ce qui nous touche, dans le fond et dans la forme : des phrases, des images, des idées, la construction très cinématographique, les défis posés à la mise en scène… Plus que le dénouement tragique, connu de tous, nous nous sommes attachés au cheminement qui mène à cette issue. Notre version se compose d’une suite d’événements, d’actions, de citations… Elle se rapproche d’une forme lyrique de par le rythme de l’oralité qui s’y déploie.

Les deux interprètes sont danseurs chorégraphes. Qu’apporte leur langage corporel ?

T. R. : Moins rivés à la tradition du texte que souvent les comédiens, Sofia Diaz et Vitor Roriz développent une gestuelle qui porte un discours parallèle et sème un trouble. Ils donnent corps au réel… sans réalisme.

 

Entretien réalisé par Gwénola David

A propos de l'événement

Antoine et Cléopâtre
du Dimanche 12 juillet 2015 au Samedi 18 juillet 2015
Théâtre Benoît XII
12 Rue des Teinturiers, 84000 Avignon, France

A 18h, relâche le 16. Festival d’Avignon. 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes