Théâtre - Critique

Grito / Je crie

Anne de Boissy (en bas) et Alizée Bingöllü dans Grito / Je crie de Ximena Escalante. Crédit : Yoann Tivoli

NTH8 - Nouveau Théâtre du 8e / de Ximena Escalante / mes Sylvie Mongin-Algan

Après son Polyptyque Escalante, projet théâtral visant à faire découvrir l’écriture de Ximena Escalante en France, Sylvie Mongin-Algan revient à l’auteure mexicaine avec Grito / Je crie. Une suite de face-à-face femme/femme interprétés par Anne de Boissy et Alizée Bingöllü.  

Sylvie Mongin-Algan est une artiste fidèle. Et une féministe engagée. Il y a deux ans, la cofondatrice du collectif Les Trois-Huit (compagnie missionnée, en 2003, pour créer et diriger le Nouveau théâtre du 8e, à Lyon, vivier de création essentiellement tourné vers les écritures contemporaines) présentait une remarquable adaptation d’Une Chambre à soi, de Virginia Woolf, dans le Off d’Avignon. Aujourd’hui, avec Grito / Je crie (pièce publiée aux éditions Le miroir qui fume, dans une traduction d’Adeline Isabel-Mignot), c’est de nouveau un texte explorant les enjeux liés aux identités et aux destinées féminines que la metteure en scène a choisi d’investir. Un texte de Ximena Escalante, dramaturge bien connue des spectateur-rice-s du NTH8, quatre de ses œuvres (Moi aussi je veux un prophète, Andromaca real, Phèdre et autres Grecques, Électre se réveille) ayant été mises en scène par Sylvie Mongin-Algan, en 2011, à l’occasion d’un cycle de spectacles intitulé Polyptyque Escalante. Loin des grandes figures mythologiques qui étaient au centre de ce précédent projet, ce sont à présent des femmes sans nom qu’il nous est donné de découvrir à travers cette nouvelle pièce de l’auteure mexicaine (née en 1964).

 

De mère à fille, de sœur à sœur, de servante à maîtresse…

 

Une fille et sa mère, deux sœurs, une maîtresse et sa servante, une grand-mère et sa petite-fille, deux amoureuses… Au sein d’un univers onirique qui voit se décliner une suite de tableaux en clair-obscur (la belle scénographie est de Carmen Mariscal, les lumières sont de Yoann Tivoli), Anne de Boissy et Alizée Bingöllü passent d’un rôle à l’autre en conférant toute la vérité humaine nécessaire à cette succession de relations archétypales. On a déjà eu l’occasion de louer l’exigence avec laquelle Sylvie Mongin-Algan accompagne ses interprètes au sein de ses créations. Une fois encore, la metteure en scène trace une ligne de force qui fait se rejoindre acuité dramaturgique et densité théâtrale. Les voix qu’elle donne ici à entendre résonnent avec force. Elles nous parlent d’amour, de ressentiment, d’héritage, de conditionnement, de désirs de liberté, de rêves d’ailleurs et d’émancipation… Cela en enjambant les siècles pour sans cesse rebattre les cartes des liens qui unissent et opposent tous ces couples de femmes. Il se dégage quelque chose à la fois de tranchant et de tendre dans ces mises en miroir existentielles. Une façon d’envisager la femme dans le monde qui dépasse le cantonnement des genres pour creuser de façon universelle les thèmes de la sujétion et de l’accomplissement.

 

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Grito / Je crie
du Dimanche 12 février 2017 au Jeudi 16 février 2017
Nouveau Théâtre du 8e
22 Rue du Commandant Pegout, 69008 Lyon-8E-Arrondissement, France

NTH8 - Nouveau Théâtre du 8e, 22 rue Cdt Pégout, 69008 Lyon. Le 12 février 2017 à 17h, du 13 au 15 février à 20h, le 16 février à 16h. Spectacle vu lors de sa création, le 13 octobre 2016 au NTH8. Durée de la représentation (en français, sous-titrée en espagnol) : 1h10. Tél. : 04 78 78 33 30. www.nth8.com


Mots-clefs :, , ,

A lire aussi sur La Terrasse