La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Unusual Weather Phenomena Project

Unusual Weather Phenomena Project - Critique sortie Théâtre Nanterre Amandiers
Une drôle de musique des sphères inventée par Thom Luz. © Tabea Hüberli

Critique
Théâtre Nanterre-Amandiers / Conception et mes Thom Luz

Démiurge espiègle et singulier, Thom Luz célèbre le mystère et l’inexpliqué du monde par un théâtre savamment et joyeusement bricolé par la musique.

Très étonnant ! Et à découvrir ! C’est un théâtre inédit, bricolé un peu à la manière de Pierre Meunier, que propose Thom Luz. Un théâtre qui invite à se laisser emporter et guider par une matière totalement étrangère aux mécanismes de l’habituelle incarnation, étrangère aussi au diktat de la raison qui oblige à comprendre et analyser toute chose. Cette matière, que l’on peut qualifier de poétique, structurée et déterminée par la partition sonore, combine images et sons de façon étrange, subtile, originale, avec une touche de jubilation discrète et des traits d’humour parfois mélancoliques. S’il est chanteur et guitariste d’un groupe de rock – My heart belongs to Cecila Winter -, Thom Luz aime aussi le théâtre, qui lui permet d’inventer des univers où priment le sens du détail, la délicatesse du geste et une inventivité qui célèbre le mystère et l’inexpliqué. Déjà invité l’an dernier au Théâtre Vidy à Lausanne avec When I die – a ghost story with music, le jeune Zurichois y a créé cette saison une oeuvre dont le titre évoque celui d’un ouvrage rédigé dans les années 1970 par William R. Corliss : Handbook of Unusual Natural Phenomena. Le physicien américain y répertorie toutes sortes de phénomènes météorologiques rares et énigmatiques : des arcs-en-ciel aux effets de la foudre, des nuages aux couchers de soleil… Il est ainsi à la recherche d’événements ou d’anomalies inexpliqués et parvient à la conclusion que « c’est une manière de vivre raisonnable » !

La musique élargit la compréhension du monde

Pour rendre compte de cette quête infinie et drolatique, Thom Luz élabore un prisme musical presque aussi capricieux que le temps, et qui, inséré dans une machinerie complexe, relève plus de la performance amusée que de l’élaboration sérieuse d’un langage musical. Il installe sur le plateau des magnétophones avec bandes magnétiques, des micros, des instruments de musique, des sphères blanches qui s’élèvent grâce aux bandes devenues fils… Au début de la pièce : quatre personnages en smoking noir, et l’un d’eux en chef d’orchestre ou plutôt démiurge, un cinquième s’avance à jardin, en armure moyenâgeuse, qui laissera s’échapper… des volutes de chant féminin. Après une première partie trop répétitive et parfois hésitante, la pièce atteint son rythme interne et foutraque et sa pleine capacité créatrice, artisanale et décalée, qui ouvre l’imaginaire et s’affranchit des normes, qui touche et charme plus qu’elle émerveille. C’est beau et inhabituel de célébrer ainsi l’étrangeté du monde, qui, paraît-il, un jour s’éteindra… « Nous avons urgemment besoin d’un élargissement prudent mais systématique de notre compréhension du monde », suggère-t-on. En nos temps troublés, un programme et une pièce à conseiller !

Agnès Santi

A propos de l'événement

Unusual Weather Phenomena Project
du Mercredi 6 avril 2016 au Samedi 9 avril 2016
Amandiers
7 Avenue Pablo Picasso, 92000 Nanterre, France

Du 6 au 9 avril à 20h30 sauf le 7 à 19h30, le 10 à 15h30. Tél : 01 46 14 70 70. (When I die a été programmé du 1er au 3 avril) Durée : 1h20. Spectacle vu au Théâtre Vidy-Lausanne dans le cadre du Festival Programme Commun.


Mots-clefs :, , ,

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction