La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Un barrage contre le Pacifique

Un barrage contre le Pacifique - Critique sortie Théâtre Paris Athénée Théâtre Louis-Jouvet
Juliette de Charnacé à l’écoute des souvenirs d’enfance de Duras. Crédit photo : Babara Bouyne

Athénée Théâtre Louis-Jouvet / L’Eden cinéma, de Marguerite Duras / mes Juliette de Charnacé

Publié le 21 février 2014 - N° 218

Juliette de Charnacé met en scène L’Eden cinéma, texte que Marguerite Duras adapta pour le théâtre en 1977, vingt-sept ans après la sortie d’Un barrage contre le Pacifique.

Deux choses ont guidé Juliette de Charnacé dans son choix de mettre en scène le texte de Duras : l’histoire, d’une part, sa dimension lyrique et métaphysique d’autre part. L’histoire est celle d’un projet génial, visionnaire et utopique : arrêter le Pacifique pour « créer un jardin au milieu de la mer ». Ce projet se heurte aux éléments, dont Juliette de Charnacé a choisi de confier l’incarnation à la musique de Ghédalia Tazartès. L’univers sonore singulier du compositeur donne une dimension opératique au spectacle. « La musique a une importance capitale, pour restituer le souffle, la force de l’histoire et des personnages de Marguerite Duras. Le son est au cœur de la pièce comme la voix des personnages, voyageant dans le souvenir, dans leurs désirs. La musique permet de restituer l’écriture de Duras, de lui donner chair, de faire exister ce monde de souvenirs fantasmés au sein de ce pays qui semble peuplé de divinités. », dit la metteur en scène.

Le pays d’eau de l’enfance

Lumières diffuses et brumeuses, stylisation et ardeur poétique des couleurs : la scénographie évoque ce pays d’eau de l’enfance vers lequel se retournent Suzanne et Joseph après la mort de leur mère. Juliette de Charnacé entend demeurer fidèle aux indications de Duras sur la légèreté et l’humour intrinsèques à cette histoire, et tient en équilibre ses trois dimensions : « Dimension méditative (liée aussi au recul dans le temps) avec l’urgence, liée à la peur de l’enfouissement, de l’effacement des souvenirs évoqués. Dimension obsessionnelle. Et dimension métaphysique : voyage dans le temps et dans l’Histoire, pressentiment de la fin d’une époque – l’Indochine – ouverture vers l’avenir. »

Catherine Robert

A propos de l'événement

Un barrage contre le Pacifique
du Jeudi 6 mars 2014 au Samedi 22 mars 2014
Athénée Théâtre Louis-Jouvet
square de l’Opéra Louis-Jouvet, 7 rue Boudreau, 75009 Paris.

Du 6 au 22 mars 2014. Du mercredi au samedi, à 20h ; le mardi à 19h. Matinée exceptionnelle le 16 mars, à 16h. Tél. : 01 53 05 19 19.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre