La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Lemi Ponifasio

Standing in time

Standing in time - Critique sortie Avignon / 2017 Avignon Cour du Lycée St-Joseph
Légende : Lemi Ponifasio CR : MAU

Cour du Lycée St-Joseph / Lemi Ponifasio

Publié le 25 juin 2017 - N° 256

On l’a découvert dans la Cour d’honneur il y a trois ans avec I AM. Le chorégraphe, danseur et metteur en scène samoan et néo-zélandais, auteur de spectacles oniriques et cosmogoniques, est de retour avec Standing in time.

Standing in time repose sur la figure de Hiné, qui est-elle ?

Lemi Ponifasio : Dans Standing in Time, je travaille avec un chœur de femmes maories. Si bien que le personnage de Hiné s’est rapidement imposé. Hiné est le mot polynésien qui désigne les femmes en général. Il renvoie à Hinetitama, premier être humain dans les traditions maories, qui était également le gardien du seuil entre la nuit et le jour, entre l’obscurité et la lumière. Elle a fui vers le monde souterrain après avoir découvert que Tane n’était pas seulement son mari, mais aussi son père. Elle y est devenue Hine-nui-te-po, déesse de la mort. Hiné, c’est donc le cycle de vie et de la mort. Parler de Hine, c’est parler de l’être humain et de son existence.  Dans le monde maori, la femme n’est pas la propriété d’un homme mais représente le commencement et la fin de la vie.

Pourquoi avez-vous aussi convié Rasha Abbas, écrivaine syrienne, dans votre travail ?

L.P. : On y entend sa voix moins de trente secondes mais elle est la voix d’un témoin de l’injustice de notre monde. Il y a des femmes à travers le monde qui travaillent, créent et vivent dans des conditions extrêmes de guerre, de famine, de violence, de migration, de pauvreté, tout en fournissant des soins à leurs familles. Afin de garder notre humanité en vie, nous avons besoin de leurs histoires. Et c’est pourquoi elle écrit. Nous sommes tous intrinsèquement entrelacés. Nous appartenons tous au monde de Rasha Abbas.

« Mon travail est une vision, une protestation, une prière pour un nouveau monde. »

Standing in Time est aussi un spectacle sur la Justice ?

L.P. : L’allégorie romaine de la Justice est représentée, portant une épée et les yeux bandés. Qu’est-ce que cela signifie ? Est-elle aveugle à la vérité, utilise-t-elle l’épée pour répandre le sang de l’innocent ? Standing In Time est dans la continuité de mon travail, qui vise à la recherche de la beauté et de la vérité comme solution à la culture du mal. Mon travail est une vision, une protestation, une prière pour un nouveau monde.

Comment définiriez-vous ses principales caractéristiques ?

L.P. : Ce que nous pensons être la réalité, c’est la représentation que nous en construisons dans notre recherche de sens. Cette réalité ressemble beaucoup à un film. Créer ne consiste donc pas à reproduire la réalité du film sous une autre forme, mais à nous orienter vers une ouverture. C’est pourquoi je cherche à construire une scène avec un sens du cérémonial minimal plutôt qu’à être dans un espace d’expression bruyante. Le but est de créer une écoute profonde et empathique. C’est une création qui se déroule dans le réel et non dans la représentation. Je propose un théâtre qui nous active, nous les humains, comme partie intégrante de la chair de toute existence.

Propos recueillis et traduits par Eric Demey

A propos de l'événement

Standing in time
du Vendredi 7 juillet 2017 au Lundi 10 juillet 2017
Cour du Lycée St-Joseph
62 Rue des Lices, 84000 Avignon, France

à 22h. Tél : 04 90 14 14 14. Durée estimée : 1h40.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes