La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Sleeping, d’après Les belles endormies de Yasunari Kawabata / mise en scène Serge Nicolaï

Sleeping, d’après Les belles endormies de Yasunari Kawabata / mise en scène Serge Nicolaï - Critique sortie Théâtre Paris Le Monfort Théâtre
DR Sleeping avec Yoshi Oïda.

Reprise /Le Monfort Théâtre / d’après Les belles endormies de Yasunari Kawabata / mise en scène Serge Nicolaï

Publié le 27 octobre 2021 - N° 293

Librement inspiré par le roman Les belles endormies de l’auteur japonais Yasunari Kawabata, Serge Nicolaï crée Sleeping, une traversée onirique où vivants et morts se rejoignent et où différents arts se mêlent    jeu, masques nô, danse, musique, écrin vidéo. Avec Yoshi Oïda, célèbre comédien de Peter Brook, dans le rôle principal.

Quelle est la genèse de cette création ?

Serge Nicolaï : Le point de départ fut mon désir de travailler avec des masques de Nô, particulièrement précis, rigoureux et puissants. Ce désir m’a conduit à rechercher un texte qui puisse accepter cette forme singulière, très exigeante pour l’acteur. Je me suis plongé dans la littérature contemporaine japonaise, qui recèle nombre de nouvelles très imagées propices à une adaptation scénique, et j’ai découvert par hasard Les belles endormies (1961) de Yasunari Kawabata, prix Nobel de littérature 1968, dont l’œuvre est traversée par les thèmes de la solitude et de la mort. Dans ce roman mystérieux, l’un de ses écrits les plus célèbres, le vieil Eguchi se rend dans une maison étrange où des jeunes filles endormies par de puissantes drogues accueillent des hommes âgés qui les paient pour passer la nuit auprès d’elles. Cette situation initiale scabreuse ouvre la voie vers une méditation apaisée sur la vie qui s’enfuit, vers une introspection profonde sur l’existence. Métaphoriques plus que réelles, les belles endormies ravivent en effet les souvenirs de femmes aimées – mère, amante, épouse…  – dans une sorte de bain de jouvence à la lisière du monde des morts.

« La situation initiale ouvre la voie vers une méditation apaisée sur la vie qui s’enfuit. »

Comment avez-vous procédé pour l’adaptation de ce texte ?

S.N.: Il ne s’agit pas d’une adaptation, mais plutôt d’une forme librement inspirée par le conte, qui conjugue théâtre, danse, musique, chants, vidéo et masques. J’ai effectué une première phase de travail en Suisse avec des étudiants de diverses nationalités, et observé comment agissaient les langues et les corps confrontés à cette écriture. Ce qui a été déterminant dans le projet fut la rencontre avec Yoshi Oïda, qui donne corps à Eguchi. Ce personnage au présent, sur le point de quitter ce monde, se laisse happer par les visions des femmes aimées. On peut dire qu’il se confronte à ce qu’on appelle en langage médical une Expérience de Mort Imminente, qui en temps réel durerait une poignée de secondes, et devient ici une partition théâtrale d’une heure en forme de traversée onirique. Ce voyage empreint de beauté et d’humilité me touche et me bouleverse.

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

Sleeping
du mercredi 27 octobre 2021 au samedi 6 novembre 2021
Le Monfort Théâtre
106 rue Brancion, 75015 Paris.

à 20h30, dimanche à 16h. Tel : 01 56 08 33 88. Durée : 1h05.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre