La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Agenda

Serge Forté

Voltaire : un combat pour aujourd’hui

Chassé de son paradis d’opérette à grands coups de pied dans le derrière, le Candide (1759) de Voltaire parcourt le monde depuis quelques siècles maintenant, tombant de malheurs en calamités, aux prises d’une fatalité tenace. Devenu icône d’un optimisme benoîtement contrarié par la réalité désastreuse, il en aurait presque perdu de son tranchant critique à force d’être détourné, pillé, raboté, actualisé... L’écrivain suisse Yves Laplace a taillé pour la scène une adaptation qui dénude les enjeux de cette querelle philosophique.

Publié le 10 juin 2007

Le pianiste s’installe en résidence dans un nouveau de lieu de jazz parisien, La Nouvelle Athènes, situé Place Pigalle, à l’occasion de la sortie de son nouvel album : « La Bohème ». Une riche exploration en trio de l’univers de la chanson française.

Ce brillant pianiste et compositeur surgit sur la scène jazz française à la fin des années 80 en se distinguant immédiatement par un duo resté fameux avec Michel Petrucciani. Suivront un premier disque dédié à la chanson (« La vie en bleu »), une expérience périlleuse et réussie de traitement jazz de la musique de Chopin («Jazz’in Chopin » en 2003) et des collaborations avec Mini Cinelu ou la grande chanteuse Sheila Jordan. Nouvelle étape en forme de retour aux sources aujourd’hui puisque Serge Forté signe un nouvel opus où la musique de son (magistral) trio s’abreuve à la source de chansons de notre patrimoine national. « Petit, j’ai souvent rêvé en écoutant "Nathalie" ou "L’Hymne à  l’Amour"…  J’ai commencé ma vie professionnelle comme musicien  d’orchestre de bal à 18 ans et j’ai joué la plupart des chansons  contenues dans l’album ! » confie Serge Forté. « C’était un véritable challenge pour moi de détourner vers le jazz ces  monuments de la chanson française avec de nouveaux rythmes, de nouvelles  harmonies sans en dénaturer l’esprit… ». Le répertoire est généreux en mélodies mémorables, de C’est si bon à La belle vie de Sacha Distel, de L’île de Ré de Nougaro à La Marseillaise, alternant les traitements purement instrumentaux en trio, trois titres chantés (par Raphaëlle Atlan et Alain Chamfort, invité surprise dans Elisa de Gainsbourg) et six miniatures « d’atmosphère » en solo de piano. Une totale réussite, sincère et exigeante (chez Ella Prod). Avec Karl Jannuska à la batterie et Marc-Michel Le Bévillon à la contrebasse.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques