La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Entretien

Roland Hayrabedian

Roland Hayrabedian - Critique sortie Classique / Opéra
© Guy Vivien

Publié le 10 décembre 2011 - N° 193

Un conte initiatique d’une infinie poésie

L’ensemble Musicatreize et son directeur musical Roland Hayrabedian sont à l’origine de la création en France du conte musical Antti Puuhaara du grand compositeur finlandais Tapio Tuomela. Conçue pour un comédien, huit chanteurs, violon, alto, violoncelle, clarinette, harpe et accordéon, l’œuvre est mise en scène par Aurélie Hubeau qui imagine un théâtre d’ombres et de marionnettes pour donner vie à ce conte initiatique, véritable opéra de poche abordable par un public familial à partir de 6 ans.

Quelle place prend ce nouveau projet dans le parcours général de Musicatreize?
 
Roland Hayrabedian : Anttti Puuhaara est le dernier conte mis en scène de la série « Les sept contes de Musicatreize ». Il s’inscrit naturellement dans la continuité des productions de l’ensemble, dont les projets sont souvent liés à des cycles de créations. Ici, le point de départ, comme pour chacun des contes, est un livre-disque, illustré pour l’occasion par Hannu Vaïsänen, paru aux éditions Actes Sud. C’est un peu comme un livre qu’on ouvrirait et qui s’animerait sur scène, mêlant voix et instruments.
 
 « Cette musique nous interroge sur notre écoute des choses de la nature. »
 
Quelle est votre vision de ce conte signé par le compositeur finlandais Tapio Tuomela? Quel est son message? 
 
R. H. : Il s’agit d’un conte initiatique où, comme toujours dans la mythologie finlandaise, la nature est très présente. Elle joue même ici un rôle essentiel. Les chanteurs sont tout à la fois la forêt, qui voit tout et entend tout, et les personnages du conte, principalement le marchand et le jeune garçon, Antti, trouvé sur la fourche d’un arbre. Le compositeur Ton Thât Tiet me disait à l’écoute de cette œuvre à quel point il ressentait que les finlandais étaient en parfaite osmose avec la nature. C’est pour moi le plus beau compliment qu’un compositeur puisse faire à l’un de ses collègues tant il est vrai que cette musique nous interroge sur notre écoute des choses de la nature. Si l’on songe à l’appât du gain du marchand et au bon sens qu’Antti Puuhaara sait trouver au contact de la forêt, n’y a-t-il pas là une métaphore qui nous rapproche un peu tristement de notre actualité quotidienne ?
 
Parlez-nous de la musique composée par Tapio Tuomela…
R. H. : Tapio Tuomela est un compositeur que j’apprécie tout particulièrement. Il est tout à la fois très fin, inventif et généreux. Sa musique, libre de tout dogme, n’appartient qu’à lui. C’est Kaija Saariaho qui nous a mis en contact au début des années 2000. Dès la première œuvre, écrite pour nous, j’ai aimé son approche musicale, exigeante mais sans tabous. Sa musique sait être très lyrique et d’une infinie poésie, il a un grand sens de l’orchestration, des couleurs.
 
"Qu’est-ce qui rend l’homme heureux", cette question est posée dans Antti Puuhaara… Quelle réponse donne le conte à cette question?
 
R. H. : « Qu’est-ce qui rend l’homme heureux ? Mais à cette question, personne ne peut répondre ! » : ces mots prononcés ne vont pas satisfaire Antti Puuhaara qui va découvrir une autre vérité : seule la forêt connaît la réponse. « Écoute, les arbres bruissent, la forêt chuchote… ». Je pense que l’on ne saurait mieux dire…
 
Propos recueillis par Jean Lukas.


Du 8 au 10 décembre à lAmphithéâtre de l’Opéra Bastille (5 représentations : jeudi 8 à 10h et 14h30 / vendredi 9 à 14h30 et 20h / samedi 10 à 20h). Tél. 08 92 89 90 90 (0,34€ la minute)

Et du 2 au 4 mars au Musée d’Orsay. Tél. 01 40 49 47 50. 

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra