La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

Qaddish

Qaddish - Critique sortie Danse Créteil Maison des Arts de Créteil
Crédit photo : Christophe Raynaud De Lage Légende photo : Qudus Onikeku, magnifique danseur, relie la mémoire au présent

Maison des Arts de Créteil
Chorégraphie et conception Qudus Onikeku

Publié le 24 octobre 2013 - N° 214

Qudus Onikeku, danseur acrobate nigérian, traverse les terres de la mémoire pour goûter à l’eau vive du présent.

La rumeur de la ville berce le silence. Un homme est là, immobile. La peau tressaille d’abord. Le frisson d’une ombre fend la nuit et s’enfuit au lointain. S’éveillent en lui les ombres du souvenir. Son corps s’ébranle et tremble, ploie sous la secousse. Ça cogne au-dedans, cogne contre lui-même, cogne jusqu’au tréfonds. C’est la mémoire qui remue dans les entrailles, court dans les muscles, plie les articulations et vrille le cœur. Elle danse ! « Se tracer un chemin à travers les nuées infinies, de souffles, de pensées, de réflexions, de sensations, d’actions. » Les mots maintenant coulent, résonnent dans la chair, tandis que monte la plainte d’un violoncelle, un chant profond d’au-delà ou les rythmes obstinés d’une guitare électrique. « A l’est ; à l’Ouest ; au Nord ; au Sud / Tâtonner ; trébucher / Et ne jamais avoir peur de tomber / Cultiver la conscience du flexible et puissant équilibre. » dit la voix. Et peu à peu, les gestes prisonniers en son for intérieur finissent par s’échapper, s’épuisent en courses folles, s’ébrouent par déflagrations.

Voyage initiatique

Dans Qaddish, dernier volet d’une trilogie « De la solitude, la tragédie et la mémoire », Qudus Onikeku voyage dans le temps aux côtés de son père, vieux de 80 ans. Il est retourné avec lui sur ses terres d’enfance, au Nigéria, pour s’imprégner de la tradition ancestrale yoruba, qui tresse ensemble les lignes du passé et la trame du présent. « Ma danse vient surtout de l’inconscient, de couches de mémoire qui recouvrent mon corps » dit le danseur acrobate, formé au Centre national des arts du cirque. Il en tire une gestuelle singulière, souple et nerveuse, qui se propage en élans brisés aussitôt qu’esquissés, retient l’énergie à fleur de peau et la libère par salves saturées de tous les sucs amers de l’existence. Cerné par un voile au pourtour de la scène, qui révèle par transparence les musiciens, le conteur et la chanteuse soprano, Qudus Onikeku réinvente le kaddish, prière pour les morts dans la religion juive, comme expérience des sens et rituel initiatique. Si la dramaturgie s’égare par moments et perd son chemin, Qudus Onikeku touche par la puissance émotionnelle de sa danse et l’intensité de sa présence dans cette quête de réconciliation.

 

Gwénola David

A propos de l'événement

Qaddish
du Jeudi 28 novembre 2013 au Samedi 25 janvier 2014
Maison des Arts de Créteil
Place Salvador Allende, 94000 Créteil
Maison des arts de Créteil, Place Salvador Allende, 94 000 Créteil. Du 28 au 30 novembre 2013, à 20h30. Tél. : 01 45 13 19 19. Durée : 1h. Spectacle vu au Festival d’Avignon 2013. Puis les 24 et 25 janvier 2013, à 20h30. Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Place Georges Pompidou, Montigny-le-Bretonneux, 78054 Saint-Quentin-en-Yvelines. Tél. : 01 30 96 99 00.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse