La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

Programme Cherkaoui / Goecke / Lidberg à l’Opéra de Paris

Programme Cherkaoui / Goecke / Lidberg à l’Opéra de Paris - Critique sortie Danse Paris Palais Garnier
Crédit : Julien Benhamou Juliette Hilaire dans le Faun de Sidi Larbi Cherkaoui

Palais Garnier
Chorégraphies Sidi Larbi Cherkaoui, Marco Goecke, Pontus Lidberg

Publié le 24 janvier 2019 - N° 273

L’Opéra de Paris tente le triplé gagnant en réunissant trois chorégraphes contemporains venus d’Europe. Quand deux choisissent de revisiter les Ballets Russes, le dernier, pour la première fois invité à créer pour la prestigieuse institution, tente un joli coup de poker avec une proposition toute personnelle.

La soirée s’ouvre sur une valeur sûre : Sidi Larbi Cherkaoui, qui connaît la maison (Boléro, Casse-Noisette), a offert aux danseurs du Ballet de l’Opéra de Paris son bien inspiré Faun en 2017, qui fait donc désormais partie du répertoire. Sur la musique de Debussy, avec en filigrane la rencontre entre le faune et la nymphe évoquée par le poème de Mallarmé, le directeur du Ballet Royal de Flandre a composé un duo fort éloigné des principes chorégraphiques de Nijinski, premier artiste à avoir ouvert la voie de L’Après-midi d’un Faune. Exit la bi-dimensionnalité tout à fait surprenante il y a plus d’un siècle, voici un faune tout en ondulation de colonne, en spirales bras-dos, en tournoiements, quand ce ne sont pas les roulades, et autres glissades au sol qui guident ses gestes. Entre animalité et humanité, le voilà qui s’ébroue, semble s’amuser de ses évolutions. Lorsqu’entre la nymphe, on sait d’emblée que leur rencontre sera sensuelle ou ne sera pas. En prenant des libertés avec la musique, où résonnent par moment d’autres influences, Sidi Larbi Cherkaoui laisse planer un vent mystérieux sur les intentions de chacun. Reste un duo collé serré, où les bassins semblent aimantés et les destins scellés, dans un admirable travail au sol tout en rondeurs et en fluidité.

Ce que disent les corps aujourd’hui

Le Suédois Pontus Lidberg a choisi de s’attacher à une œuvre phare de la sœur du même Nijinski, Bronislava. Il est toujours intéressant de voir comment Noces – au départ un rituel de mariage paysan dans l’ancienne Russie – prend forme entre les mains d’autres chorégraphes, en prise avec les thèmes de l’actualité. La création de Pontus Lidberg ne manquera pas de s’interroger sur ce que le mariage nous dit aujourd’hui, dans un XXIe siècle où les rapports de couple prennent des chemins très divers et témoignent des évolutions de la société. Et puis l’on découvrira le travail de l’Allemand Marco Goecke, dont c’est la première création pour l’Opéra de Paris. En 2017, sa chorégraphie Nijinski lui a valu le Prix Danzadanza.

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Programme Cherkaoui / Goecke / Lidberg à l’Opéra de Paris
du Mardi 5 février 2019 au Samedi 2 mars 2019
Palais Garnier
place de l’Opéra, 75008 Paris

Tél. : 08 92 89 90 90.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse