La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

Plaisirs inconnus du Ballet de Lorraine

Plaisirs inconnus du Ballet de Lorraine - Critique sortie Danse Paris Chaillot - Théâtre national de la danse
Plaisirs inconnus par le Ballet de Lorraine. Crédit : Arno Paul

Chaillot – Théâtre National de la Danse / Ballet de Lorraine

Publié le 16 décembre 2018 - N° 272

Une soirée mystère avec noms de chorégraphes masqués. Saurez-vous les reconnaître ?

Plaisirs inconnus du Ballet de Lorraine réunit cinq chorégraphes anonymes. Une idée sensationnelle pour faire voir la danse autrement… Constitué de quatre pièces, plus un intermède très raffiné, subtil et souvent chanté entre chacune d’entre elles, le programme est une réussite totale. La première pièce, plutôt minimaliste, s’attache à la figure du cercle. Les danseurs en T-shirts blancs marqués d’une lettre et pantalons noirs y explorent donc la circularité : rondes, voltes, tours sur soi-même, sur une musique répétitive qui se prête à merveille à cette révolution permanente. Brièvement, les danseurs en ligne font apparaître la phrase « The World is Burning », signifiant que notre monde ne tourne pas rond, avant de retourner tourner. La seconde création dégage une atmosphère de clair-obscur. Les danseurs se rencontrent, s’entrelacent et se délacent, dans une gestuelle toujours fluide et organique, agrémentée de grands sauts plongés, de portés éthérés qui se résolvent dans une écriture fuguée et de faux unissons.

Réussite totale

La troisième, avec ses justaucorps académiques jaune métallisé est écrite, c’est sûr, par l’enfant caché de Forsythe et Cunningham. Partant de figures classiques, bientôt abâtardies par une façon très contemporaine de prendre le mouvement, la gestuelle accélère et s’altère, laissant entrer du chaos dans ce bel ordonnancement. La musique, qui distord la Marche funèbre de la Symphonie N°3 de Beethoven est passionnante dans le rapport qu’elle établit avec la chorégraphie. Enfin, on ne sait qui est la (le ?) chorégraphe de la quatrième, mais elle (il ?) s’est éclaté(e) sur le Boléro. S’amusant à reprendre les coups de bassins sensuels qui ont fait la gloire de celui de Béjart, elle se livre à une sorte de chorégraphie d’une ironie sauvage, et d’une drôlerie absolue. On se dit aussi que ce principe de l’anonymat a dû libérer les chorégraphes qui se sont prêtés à ce jeu, et, surtout, que l’ensemble met en valeur les danseurs exceptionnels du Ballet de Lorraine, capables de passer d’un style à l’autre avec une facilité déconcertante et une maîtrise absolue.

Agnès Izrine

A propos de l'événement

Plaisirs inconnus du Ballet de Lorraine
du Jeudi 17 janvier 2019 au Vendredi 25 janvier 2019
Chaillot - Théâtre national de la danse
1, place du Trocadéro, 75116 Paris

Jeu 17 à 19h45, ven. 18, mar. 22, mer.23. à 20h30, sam. 19 à 19h45. Tél. : 01 53 65 30 00. Durée : 1h15.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse