La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien Pierrette Dupoyet

Pierrette Dupoyet, un partage citoyen de la culture.

Pierrette Dupoyet, un partage citoyen de la culture. - Critique sortie Avignon / 2011

Publié le 10 juillet 2011

L’auteur, metteuse en scène et actrice, Pierrette Dupoyet, défend la tolérance, la fraternité et la justice à travers des spectacles « citoyens ». Elle questionne notre humanité à la lueur d’événements symboliques. Brûlez tout ! résiste à un pouvoir totalitaire qui refuse le droit de lire à son peuple.

Votre dernière création Brûlez tout ! propose un monde où tous les livres seraient hors-la-loi et donc détruits.
Pierrette Dupoyet. : Et quiconque s’oppose à la décision d’éradiquer les livres est puni de mort. La situation est comparable à une mise en vigilance dans un Etat où les livres tout à coup deviendraient indésirables. On ne dit pas qu’il n’est pas utile de lire mais qu’il est interdit de lire. Lire fait rêver, penser, et provoque l’esprit de révolte. Le spectacle commence dans un état d’alerte : on jette des flammes sur les livres. J’incarne un pompier qui commence à douter et décide peu à peu de se rebeller.
 
« Lire fait rêver, penser, et provoque l’esprit de révolte. »
 
C’est un spectacle forcément plein de péripéties…
P. D. : Un jour, le pompier vole un livre alors qu’il est censé les brûler, sans exception ; sa tête est mise à prix puisque les livres ne sont pas à sauver. Il retrouve son ancienne institutrice. À la vue des livres qu’on brûle, elle décide de résister. J’interprète tous les rôles, et sur scène, la musique, la bande-son, les lumières représentent un partenaire. Je suis la même et une autre à chaque fois, face à un public fidèle et qui change tous les jours.

Comment vous est venue l’idée du spectacle ?
P. D. : L’inspiration m’est venue de Farenheit 451, le roman de Ray Bradbury et le film de Truffaut (1966). Dans un pays indéfini à une époque indéterminée, la lecture est rigoureusement interdite : elle empêcherait les gens d’être heureux. Cette conscience d’un danger qui menacerait les sociétés m’a foncièrement plu, plus même que le surréalisme ou bien la science-fiction de l’œuvre. J’ai assisté à Athènes à un autodafé des écrits de Yannis Ritsos, jugés subversifs par le régime dictatorial des Colonels, et j’en suis restée profondément meurtrie. Je voyais des gens tétanisés par la peur, jeter leurs livres dans le foyer pour ne pas être inquiétés par la police.

Vous vous êtes inspirée aussi de vos propres écrits. 
P. D. : J’ai publié en 1985 chez Actes Sud, Chut !, un ouvrage de contes pour adultes sur la tolérance et la fraternité. L’une des histoires raconte comment  des incendiaires anéantissent le rêve en brûlant des livres et une forêt. Ils cherchent, armés de lampes torches, des contes et leurs personnages pour les exterminer. J’ai écrit un Don Quichotte à ma manière, et le chapitre qui évoque la mise à feu de sa bibliothèque par l’aubergiste et le prêtre m’a toujours fascinée, cette volonté de purifier l’âme du héros en l’éloignant des romans de chevalerie est révélatrice et effarante. Ce thème me captive depuis très longtemps, et la pièce est un rêve réalisé.
 
Propos recueillis par Véronique Hotte


Avignon Off. Brûlez tout !, de et par Pierrette Dupoyet. Du 8 au 31 juillet 2011, tous les jours, à 18h. Théâtre de La Luna 1 rue Séverine. Réservations : 04 90 86 96 28

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes