La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra

Paavo Järvi

Paavo Järvi - Critique sortie Classique / Opéra
Crédit : Ventre Photos Légende : Paavo Järvi, septième directeur musical dans l’histoire de l’Orchestre de Paris.

Publié le 10 septembre 2010

Le nouveau souffle de l’Orchestre de Paris.

Paavo Järvi est désormais le nouveau directeur musical de l’Orchestre de Paris. Le brillant chef estonien, qui dirige régulièrement les orchestres parisiens depuis une dizaine d’années, a bien l’intention d’apposer dès cette année sa griffe à la formation fondée par Charles Munch.

La critique et le public parisiens n’ont pas mis longtemps à reconnaître en Paavo Järvi un talent exceptionnel. Le chef estonien n’est finalement pas resté bien longtemps dans l’ombre de son père, le pourtant très charismatique Neeme Järvi. Invité par l’Orchestre national de France dès 2000, il a immédiatement saisi la chance qui lui était offerte de briller dans les chefs-d’œuvre du romantisme tardif – et en particulier dans les symphonies de Mahler et Bruckner puis dans les grandes pages de Richard Strauss. Parallèlement, Paavo Järvi montre l’étendue de son répertoire et témoigne d’une évidente affinité – partagée avec son père – pour les répertoires nordiques et est-européens ; il défend notamment ses compatriotes Arvo Pärt (né en 1930) ou Erkki-Sven Tüür (né en 1959). C’est d’ailleurs dans une œuvre de Sibelius, la musique de scène pour Pelléas et Mélisande, qu’il fait ses débuts avec l’Orchestre de Paris en mars 2004. Cette rencontre tient littéralement du coup de foudre, dans un programme pourtant peu évident (qui comprenait également les Sept Lieder de jeunesse de Berg et la Symphonie « Les Quatre Tempéraments » du Danois Nielsen). Les musiciens suivent avec bonheur le geste énergique mais toujours parfaitement clair du chef. Trois ans plus tard, à l’occasion d’un programme Sibelius (encore !) et Chostakovitch parfaitement maîtrisé, sa nomination comme directeur musical de l’orchestre à compter de 2010 est annoncée.
Remettre l’interprétation sur le métier
Dans l’intervalle, invité chaque année, Paavo Järvi a su se montrer convaincant dans différents horizons stylistiques. Son intégrale des symphonies de Beethoven avec la Philharmonie de chambre de Brême (en disque chez Virgin et au Théâtre des Champs-Élysées à l’occasion d’une tournée en mars 2009) a été unanimement saluée comme une parfaite et très intelligente acclimatation d’une interprétation « historiquement informée » à l’univers sonore d’un orchestre d’aujourd’hui. Sa lecture de Beethoven, mais aussi ses incursions dans la musique française par exemple, témoignent d’une volonté, chez Paavo Järvi, de toujours remettre l’interprétation sur le métier, en quête d’une intimité toujours plus grande avec les œuvres. Toujours en poste à Cincinatti, Francfort et Brême, Paavo Järvi a conçu pour sa première saison à la tête de l’Orchestre de Paris une programmation à la fois très personnelle et respectueuse de l’héritage artistique de l’orchestre. Ainsi, les concerts d’ouverture, les 15 et 16 septembre réunissent-ils un chef-d’œuvre méconnu du répertoire français – La Péri, poème dansé de Paul Dukas – et l’époustouflante saga symphonique de Kullervo de Sibelius. Le Chœur de l’Orchestre de Paris y sera épaulé par le Chœur d’hommes national d’Estonie, avec qui Paavo Järvi a souvent travaillé, et avec les solistes finlandais Soile Isokoski et Juha Uusitalo. Outre le grand répertoire (de Haydn à Schumann, avec cependant un fort accent slave), la musique française (Debussy, Saint-Saëns, Berlioz, Ravel, Fauré mais aussi Duruflé ou Thierry Escaich) et le répertoire nordique (Sibelius, Grieg ou Arvo Pärt) demeureront durant toute la saison des piliers du répertoire de l’orchestre et de son chef, qui viennent d’enregistrer chez Virgin un disque consacré à Bizet (Jeux d’enfants, Symphonie en ut et « Roma »).
 
Jean-Guillaume Lebrun


Les 15 et 16 septembre à 20h à la Salle Pleyel. Tél. 01 42 56 13 13. Places : 10 à 60 €. Le 19 septembre, concert en famille à 11h puis concert « portes ouvertes » à 15h (Dukas, Bizet, Debussy) à la Salle Pleyel. Entrée libre. Les 13 et 14 octobre, concert Dukas, Saint-Saëns, Rachmaninov avec Vadim Repin salle Pleyel. Places : 10 à 60 €.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra