La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

Nîmes à l’heure du flamenco

Nîmes à l’heure du flamenco - Critique sortie Danse Nîmes Théâtre de Nîmes
Crédit : Pablo Guidali Légende : Rocio Molina, le renouveau du flamenco à Nîmes.

Théâtre de Nîmes / Festival de Flamenco

Publié le 17 décembre 2016 - N° 250

C’est depuis longtemps bien établi : l’Andalousie se déplace à Nîmes tous les ans en janvier, faisant de la ville la capitale éphémère du flamenco.

Sans conteste, Rocio Molina est l’étoile invitée de cette vingt-septième édition du Festival de flamenco de Nîmes. Elle ouvre un agenda bien rempli entre spectacles, conférences et films exclusivement dédiés à cet art et portés par les plus grands. Avec Caida del Cielo, donné il y a peu au Théâtre National de la Danse de Chaillot où elle est artiste associée, la danseuse montrait l’extraordinaire palette de situations, toutes plus débridées les unes que les autres, dans lesquelles peut s’épanouir son art. Un art qu’elle convoque dans des postures et des effluves bien de son temps, entre flamenco-rock en mode cuirasses et genouillères et performance picturale… Ses prises de risque sauront en décoiffer certains, et on pourra aussi retrouver la danseuse et son incroyable virtuosité dans le spectacle musical Guitarra Mia, invitée par Rafael Rodriguez à partager l’affiche de sa carte blanche aux allures de fête au casting de luxe. Côté danse toujours, la proposition de Jesús Ortega donne le pouvoir aux femmes : Mehstura repose entièrement sur l’alchimie entre deux danseuses et cinq musiciennes, fait rare dans le flamenco où la présence masculine est prégnante. Quant à Andrés Peña et Pilar Ogalla, cela reste une affaire de famille, puisque c’est en couple, à la ville comme à la scène, qu’ils revisitent l’âge d’or du flamenco avec De sepia y oro.

Flamenco sous toutes ses formes

Evidemment, Manuel Liñán fera lui aussi couler beaucoup d’encre, bien que l’on soit déjà habitué à ses écarts… vestimentaires ! Avec Reversible, il continue de se jouer des codes, voire des tabous du flamenco, pour revendiquer une liberté totale, dans le jeu et la facétie. Autre invité remarquable et pittoresque du festival : Eddie Pons. Cet enfant du pays, qui est dessinateur et réalisateur, vient de créer 52 courts-métrages d’animation baignés par l’univers du flamenco. Il ne faudra pas manquer les deux soirées qui leur sont consacrées, puisque mises en scène par Patrice Thibaud, artiste associé au Théâtre de Nîmes, et mises en musique (live) par Jesús de la Manuela et Antón Fernández. Mais l’ADN du festival, c’est aussi le développement et le partage d’une culture qui s’exprime dans les spectacles et s’aventure bien au-delà des frontières de l’Andalousie. Ainsi, le cycle de conférences, données par les meilleurs flamencologues, nous aidera à percer certains mystères du flamenco.

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Nîmes à l’heure du flamenco
du Jeudi 12 janvier 2017 au Samedi 21 janvier 2017
Théâtre de Nîmes
1 Place de la Calade, 30000 Nîmes, France

Tél. : 04 66 36 65 10.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse