La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Mon Rêve d’Alfortville

Mon Rêve d’Alfortville - Critique sortie Théâtre Alfortville Théâtre-Studio
Les sept acteurs et co-auteurs de cette création collective font vivre leur ville sur le plateau.

D’après les témoignages des habitants d’Alfortville / Conception et mes Stéphane Schoukroun

Publié le 1 octobre 2012 - N° 202

Cartographie impressionniste d’une ville de proche banlieue, de ses rues, places et quartiers à l’intime de ses habitants, Mon rêve d’Alfortville donne à vivre une expérience théâtrale humaine et sensible. 

« On raconte nos petites vies mais est-ce que c’est du théâtre ? » interroge, en direct sur le plateau,  Babeth, habitante d’Alfortville depuis plus de trente ans et actrice de cette aventure collective inspirée par le savoir-faire du comédien et metteur en scène Stéphane Schoukroun. A raison de deux heures et demi par semaine, tous les lundis depuis le mois d’octobre la saison dernière, ils ont été sept à se retrouver dans le cadre du Théâtre-Studio de leur ville pour parler d’Alfortville et à travers elle, dire leur vécu, raconter comment leur histoire a un jour croisé la sienne, combien elle les touche, quand elle les irrite, les agace ou les amuse. « Les participants à Mon Rêve d’Alfortville ont dès le début été considérés comme des témoins, réunis pour livrer leurs observations et leurs réflexions sur la ville », relève Stéphane Schoukroun, qui ajoute : « Nous avons cherché à constituer une matière faite de récits, de choses vues et d’expériences vécues. Il s’agissait de trouver un langage commun, de chercher ensemble une façon de raconter leur ville. Il y a eu beaucoup de débats, d’interrogations et de doutes. C’est cela que j’ai voulu mettre en scène. Et de la position de témoins, les participants sont devenus acteurs presque malgré eux».

Simplicité et naturel

De ce parti pris, celui du « moins de théâtralité possible » sur le fond d’une dramaturgie tissée de « petits riens » découlent tous les bonheurs de cette pièce impressionniste, colorée et sensible. Touchants, dans leur simplicité, les témoins acteurs aux naturels préservés prennent les spectateurs à leur propre jeu. En tenue de ville, ils jouent à être eux-mêmes et le deviennent sous les yeux tour à tour attendri et amusé d’un public qui se délecte d’être dans la salle comme sur scène, effet cathartique en prime. Dans ce costume et cette posture, en livrant leurs histoires singulières liées à la vie dans une ville de « proche » banlieue, ils ne racontent pas le réel, ils le donnent à voir, par touches, pour mieux en favoriser la libre appropriation. La réussite de ce genre d’entreprise, qui éprouve les limites de l’art dramatique et évite rarement l’écueil démagogique, requiert humilité et demande du rythme. Stéphane Schoukroun peut se prévaloir d’avoir travaillé depuis une dizaine d’années avec des adultes amateurs sur des textes d’auteurs et à partir des improvisations des participants. A ses yeux, il y a théâtre « quand on redonne du sens à la vie des gens là où ils sont ». Cette vision a rencontré la conviction de Christian Benedetti, metteur en scène et directeur du Théâtre-Studio : « Ces vies qui composent une dramaturgie humble et exemplaire, ces histoires qui se partagent, qui disent comment vivre ensemble et pourquoi vivre ensemble, voila qui donne sens ».   

 

Marie-Emmanuelle Galfré 

A propos de l'événement

Mon Rêve d’Alfortville
du Vendredi 12 octobre 2012 au Samedi 20 octobre 2012
Théâtre-Studio
16, rue Marcelin Berthelot, 94 140 Alfortville
Vendredi 12 à 20h30 (représentation  suivie d’un échange public avec le Sénateur-Maire d’Alfortville), samedi 13 à 19h30, vendredi 19 à 20h30 et samedi 20 à 19h30. Tél : 01 43 76 86 56. www.theatre-studio.com
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre