La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Entretien / Pierre Moulinier

Maintenir le devoir d’ingérence de l’Etat

Maintenir le devoir d’ingérence de l’Etat - Critique sortie Avignon / 2010
Pierre Moulinier

Publié le 10 juillet 2008

Auteur d’un ouvrage intitulé Politique culturelle et décentralisation (l’Harmattan-2002) et d’un Que sais-je ? sur Les politiques publiques de la culture en France (2008), Pierre Moulinier, chargé d’études au Ministère de la Culture de 1971 à 2000, explicite et analyse la politique culturelle actuelle.

Quel regard portez-vous sur la politique culturelle du gouvernement, et sur la réforme générale des politiques publiques (RGPP) qu’il a engagée ? 
Pierre Moulinier : Cinquante ans après la création du Ministère de la Culture, Christine Albanel a annoncé dans le cadre de la réforme générale des politiques publiques la création de trois directions générales, patrimoines de France, création et diffusion, médias et économie culturelle. Ce regroupement doit intégrer une douzaine de directions sectorielles dans des structures plus larges, et la réduction du nombre de services ou de directions vise à donner plus de cohérence et plus de visibilité aux politiques publiques. Ce rassemblement inquiète certains qui craignent une moindre diversification des actions publiques, il va aussi à l’appui de la diminution des personnels, concrétisée par le non remplacement de départs à la retraite. Par ailleurs, en complément de ces trois super directions qui vont se créer, un secrétariat général fourre-tout prend en charge le pilotage et la coordination d’une politique qu’on appelle transversale, qui comprend les actions culturelles interministérielles, l’éducation artistique, les problèmes de décentralisation…

 « L’action culturelle est pour moi ce qui est sacrifié aujourd’hui dans les grandes réformes de la politique culturelle de l’Etat. »

Dans ce cadre, comment se met en œuvre la démocratisation culturelle ? 
P. M. : Je n’aime pas le terme de démocratisation, un mot commode qui recouvre des choses d’une grande complexité. On ne sait pas vraiment ce qui est démocratisé. L’essentiel est dans la diversification des méthodes d’accès à la culture plus que dans des slogans un peu réducteurs. Je préfère le terme d’action culturelle, car c’est un volet de politique publique que l’on peut identifier en termes d’équipements, d’institutions, de personnels du type médiateur ou animateur. Ce volet concerne notamment le milieu rural, les prisons, les hôpitaux, les banlieues, des populations qui n’ont pas spontanément accès à la culture et qu’il faut toucher. L’action culturelle est pour moi ce qui est sacrifié aujourd’hui dans les grandes réformes de la politique culturelle de l’Etat. Au niveau de la politique de l’Etat stricto sensu, on constate une tendance un peu inquiétante vers le soutien exclusif aux grandes machines culturelles, aux grandes institutions comme les établissements publics, aux dépens de la politique de proximité et de l’action culturelle associative.

Quel rôle est assigné aux collectivités territoriales dans la politique culturelle ? 
P. M. : Je défends la décentralisation, la remise de compétences aux collectivités territoriales, par exemple pour le patrimoine le rôle des départements est capital, pour le spectacle vivant les régions en rapport avec d’autres régions européennes ont un rôle fondamental. Et le rôle des Drac, Directions Régionales des Affaires Culturelles, services déconcentrés du Ministère en région, est essentiel. Une bonne partie de la culture de proximité relève de leur action. Les grandes réformes auront peut-être une répercussion sur leur organigramme. En termes de culture, le devoir d’ingérence de l’Etat, surtout dans les secteurs défavorisés, doit être maintenu, il est le seul à pouvoir intervenir, ni certaines collectivités locales ni le mécénat ne peuvent exercer ce rôle.

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes