La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Entretien / Olivier Latry

L’organiste titulaire de Notre-Dame de Paris invité à Radio-France

L’organiste titulaire de Notre-Dame de Paris invité à Radio-France - Critique sortie Classique / Opéra Paris Auditorium de la Maison de la Radio
© William Beaucardet

RADIO-FRANCE / ORGUE

Publié le 25 novembre 2019 - N° 282

En enregistrant son « Bach to the future » sorti en mars dernier (label La Dolce Volta), quelques semaines avant l’incendie de Notre-Dame, le titulaire de l’orgue de la cathédrale ne se doutait pas de l’engouement mondial qu’allait susciter cet album. Six mois plus tard, alors que ce disque ressort en version « vinyl », Olivier Latry est l’invité de la saison de Radio-France pour un programme de Noël consacré à la musique française.

Votre concert de Noël à Radio-France est entièrement dédié à la musique française. D’où vient cette affinité si particulière des compositeurs français avec votre instrument ?

Olivier Latry : L’orgue français est internationalement réputé. Les instruments de Clicquot ou de Cavaillé-Coll (pour ne citer qu’eux) attirent des organistes du monde entier, qui viennent apprendre la musique française à leur contact. L’orgue est toujours le meilleur professeur ! Ces instruments ont suscité énormément de musique de la part des compositeurs-organistes : Couperin, Marchand, Grigny, Clérambault, Daquin, Balbastre, etc. Au Grand Siècle, Franck, Widor, Vierne, Dupré, puis depuis l’orée du XXe siècle la lignée se poursuit. Et la musique contemporaine n’est pas en reste… Nous avons donc énormément de répertoire à notre disposition. Ce répertoire, pour la plupart, je l’ai entendu lorsque j’étais enfant, joué par l’organiste de ma paroisse le dimanche. Il fait donc partie intégrante de moi. Il me semble qu’en tant qu’organiste français, nous avons le devoir d’être les ambassadeurs de notre musique…

L’orgue de Radio-France compte parmi les nouveaux instruments inaugurés ces dernières années en France…

Olivier Latry : Avec un groupe d’amis organistes (parmi lesquels Michel Bouvard, François Espinasse, Thierry Escaich, Bernard Foccroulle, Jean-Pierre Leguay…), nous avons beaucoup œuvré pour que cet orgue voie le jour. Nous avons suivi sa genèse, sa construction et continuons encore à nous préoccuper de son sort. C’est un peu notre bébé ! Il nous paraissait indispensable qu’un lieu comme Radio France se dote d’un orgue qui pourrait non seulement jouer le répertoire dévolu à cet instrument, mais également accompagner les diverses formations de la maison. Le pari était donc double, et je crois qu’il a été relevé. L’orgue est utilisé très fréquemment, les dirigeants de Radio France et de ses formations savent qu’il est un collaborateur fiable et efficace, qui remplit son rôle dès lors qu’une partie d’orgue est requise. Parallèlement, les récitals permettent de faire entendre ses ressources autrement. Il est assez éclectique pour que chaque organiste apporte une nouvelle couleur, donnant parfois l’impression à l’auditeur d’entendre un instrument totalement différent, d’un musicien à l’autre.

Au moment où parait votre disque « Bach to the future » en version vinyl, on ne peut pas ne pas évoquer un autre instrument, qui est votre instrument : les grandes orgues Cavaillé-Coll de Notre-Dame de Paris…

Olivier Latry : Depuis trente-cinq ans, Notre-Dame a changé ma manière de faire de la musique, incontestablement. L’écoute de cet orgue transcendant, les mélanges infinis qu’il nous propose, l’acoustique de la cathédrale, et l’aspect hautement spirituel du lieu ne peuvent pas laisser indifférents.

Quelle est la situation de l’instrument aujourd’hui ?

Olivier Latry : L’orgue est l’une des priorités de la restauration de Notre-Dame, bien évidemment. Mais il se situe DANS la cathédrale, et la priorité absolue, actuellement, est de sécuriser le bâtiment, ce qui n’est pas encore acquis. Tant que cette phase (qui risque de durer encore quelques mois) ne sera pas terminée, rien ne sera entrepris sur l’instrument. Cela n’empêche pas d’envisager dès à présent les procédures à suivre lorsque le moment sera venu. L’orgue sera entièrement démonté et décontaminé. Pendant ce temps, les murs aux abords de l’instrument seront également décontaminés. Puis viendra le temps du remontage… Il ne faut pas s’attendre à le réentendre avant au moins quatre ou cinq ans.

 

Propos recueillis par Jean Lukas

A propos de l'événement

L’organiste titulaire de Notre-Dame de Paris invité à Radio-France
du Mercredi 18 décembre 2019 au Mercredi 18 décembre 2019
Auditorium de la Maison de la Radio
116 Avenue du Président Kennedy, 75016 Paris

à 20 h. Tél. : 01 56 40 15 16. Places : 8 à 16 €.


Œuvres de Balbastre, Franck, Vierne, Florentz, Dupré, Langlais, Messiaen, Litaize et improvisations d’Olivier Latry.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra