La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Agenda

L’Habilleur

L’Habilleur - Critique sortie Théâtre
Crédit photo : Lot Légende photo : Laurent Terzieff pendant les répétitions de L’Habilleur.

Publié le 10 mars 2009

Laurent Terzieff met en scène L’Habilleur, de Ronald Harwood, pièce qui rend hommage à la tradition des acteurs chefs de compagnie servant le théâtre et ses auteurs envers et contre tout.

C’est « la beauté dérisoire de la situation » qui lui sert de cadre qui a retenu Laurent Terzieff dans le choix de mettre en scène et de jouer L’Habilleur. En 1941, alors que l’Angleterre est pilonnée par les bombes de la Luftwaffe, le chef d’une troupe de théâtre sillonnant le pays pour y jouer Le Roi Lear entre en scène en provoquant les avions : « Bombardez ! Mais sachez que chacune de mes répliques sera un bouclier contre votre barbarie. » Ronald Harwood s’est inspiré de Sir Donald Wolfit, acteur et chef de troupe shakespearien qui jouait d’un bout à l’autre du pays et dont l’avarice était aussi légendaire que sa pugnacité prosélyte : « par-dessus tout, Wolfit croyait au théâtre et à la grande capacité du théâtre à enrichir la vie des gens qui se déplaçaient en masse pour le voir » dit de lui Ronald Harwood qui travailla à ses côtés pendant sept ans. Le personnage de L’Habilleur n’est pas seulement et pas tout à fait Wolfit. Il est plutôt la synthèse de tous ces hommes de troupes qui, de l’Illustre Théâtre jusqu’au années 30, en Angleterre comme partout en Europe, battirent la campagne pour y dresser chapiteaux et tréteaux. Mais Laurent Terzieff avoue avoir choisi L’Habilleur non pas tant pour l’hommage que la pièce rend à un art que lui-même sert depuis tant d’années que pour le double portrait complexe qu’il fait de l’acteur et de son habilleur, le second étant le miroir du premier, « un miroir amoureux des choses de la scène » auxquelles il voue un culte exclusif. Plutôt que de seulement dévoiler l’envers du décor, il s’agit donc ici de percer à jour le mystère de la fascination.
 
Catherine Robert


L’Habilleur, de Ronald Harwood ; adaptation de Dominique Hollier ; mise en scène de Laurent Terzieff. A partir du 4 mars 2009. Du mardi au samedi à 21h et le samedi à 17h. Théâtre Rive Gauche, 6, rue de la Gaîté, 75014 Paris. Réservations au 01 43 35 32 31.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre