La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

L’Eveil du Printemps

L’Eveil du Printemps - Critique sortie Théâtre Toulouse Théâtre Sorano
L’Eveil du Printemps, mis en scène par Sébastien Bournac. Crédit : François Passerini

Théâtre Sorano / de Frank Wedekind / Adaptation, scénographie et mes Sébastien Bournac

Publié le 26 novembre 2018 - N° 271

Faisant suite à un chantier de création réalisé en 2017, Sébastien Bournac et un groupe de sept jeunes interprètes poursuivent leur travail sur L’Eveil du Printemps. Entre enjouement et sensibilité, ils signent un spectacle-palimpseste présenté en ouverture de l’édition 2018 du Festival toulousain Supernova.

Sonia Belskaya, Romain Busson, Raphaël Caire, Anne Duverneuil, Nicolas Lainé, Nick Newth et Malou Rivoallan. Ils sont sept, âgés de 24 à 30 ans, toutes et tous issus de la promotion 2016/2017 de l’AtelierCité du Centre dramatique national de Toulouse-Occitanie (dispositif d’insertion professionnelle à destination de jeunes comédiennes et comédiens). Il y a un an, nous les avions découverts dans un spectacle* de Laurent Pelly réunissant des textes de Jacques Prévert. Aujourd’hui, sous la direction du metteur en scène Sébastien Bournac, ces jeunes et talentueux interprètes s’emparent de L’Eveil du Printemps. Ils le font en toute liberté, réinventant pour notre époque, à travers le prisme de ce qu’ils sont et ressentent aujourd’hui, la « tragédie enfantine » écrite par Frank Wedekind en 1891. Du chantier de création dont elle est le fruit, cette proposition a conservé une forme de dépouillement, d’acuité fragmentée. Car il n’est pas question, ici, d’investir tous les aspects de cette œuvre qui fait éclater à la face d’une société compassée et puritaine l’éveil à la sexualité d’un groupe d’adolescents. Se concentrant sur les trajectoires de ces jeunes personnages, le spectacle-matériau signé par le directeur du Théâtre Sorano de Toulouse offre une vision en pointillés de la pièce de Wedekind.

Une appropriation contemporaine de l’œuvre de Wedekind

Véritable palimpseste théâtral, cette vision plonge les protagonistes de L’Eveil du Printemps au sein d’un univers abstrait amalgamant au texte original des scènes de mise en abyme, des procédés d’actualisation, des motifs de farce, un préambule à l’occasion duquel les interprètes se dévoilent par le biais de confidences sur leur propre adolescence… Tout cela, en faisant preuve de beaucoup de sensibilité, d’une grande générosité de jeu. Loin des accents de la sècheresse formaliste, cette réappropriation contemporaine de l’œuvre de Wedekind s’attache à faire revivre la « peinture ensoleillée de la vie » que l’auteur allemand déclare avoir souhaité écrire. Aucun excès de tragique, donc, dans la belle mise en scène en clair-obscur de Sébastien Bournac (les lumières sont de Benoît Biou). Au contraire, de la légèreté, de la chair, de l’enjouement… Tenue à distance du cœur de la représentation, la dimension tragique que révèle le destin des différents personnages se dessine comme en ombre portée. Elle n’en apparaît que plus forte, que plus touchante.

* Sur la tête, critique dans La Terrasse n° 259, novembre 2017.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

L’Eveil du Printemps
du Lundi 5 novembre 2018 au Samedi 10 novembre 2018
Théâtre Sorano
35 allée Jules Guesde, 31000 Toulouse

Spectacle vu dans le cadre du Festival Supernova, le 8 novembre 2018. Durée de la représentation : 1h45. Tournée en construction pour la saison 2019/2020. Tél. : 05 32 09 32 35. www.theatre-sorano.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre