La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien Philippe Chuyen

Les Pieds tanqués

Les Pieds tanqués - Critique sortie Avignon / 2015 Avignon Présence Pasteur
Crédit photo : DR

Présence Pasteur / texte et mes Philippe Chuyen

Publié le 26 juin 2015 - N° 234

Guerre d’Algérie, immigration, identité, vivre ensemble : tels sont les thèmes qu’abordent Philippe Chuyen dans une originale confrontation des mémoires, sur un terrain de pétanque où les « pés tanqués » (les pieds ancrés dans le sol) interrogent leurs racines.

« Cette partie de boules est évidemment un jeu de société. »

Comment ce spectacle est-il né ?

Philippe Chuyen : A l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, en 2012, je me suis documenté sur la mémoire de la guerre d’Algérie, pleine de nœuds à cause de l’absence de dialogue et du silence des médiateurs culturels et des politiques. J’ai pensé que le théâtre pouvait libérer la parole : si on sentait que les gens pouvaient se parler sur scène, peut-être pourraient-ils le faire dans la vraie vie. J’ai retenu quatre personnages archétypaux.

Qui sont-ils ?

P. C. : Un rapatrié qui a tout perdu : l’impossible retour en arrière lui a fait développer une culture victimaire très importante. Un immigré algérien de la deuxième génération, neveu de Harki et fils d’un résistant du FLN. Un Français de souche, qui se sent envahi par les vagues de gens venus s’installer en Provence, et dont le père, communiste et porteur de valises, a délaissé son fils pour le terrain du militantisme. Enfin, un Parisien fraîchement débarqué en Provence, dont le père militaire a été tortionnaire par obligation et par loyauté envers l’armée française. Tous sont des victimes directes ou indirectes et traînent douleurs et héritages. Comment faire pour qu’ils continuent à jouer ensemble, pour qu’ils continuent la partie ? Cette partie de boules est évidemment un jeu de société.

Quel message voulez-vous délivrer ?

P. C. : Il n’y a pas de message ; il y a seulement une question : comment, sur ce territoire symbolique miniature de la partie de pétanque, dans ce jeu identitaire, de terre, de territoire, ces hommes vont-ils se dire ce qu’ils ont à se dire, même en allant très loin dans l’affrontement ? Il n’y a pas de résolution, seulement des gens qui ont une mémoire blessée et qui, par nécessité du jeu, doivent faire valoir l’amitié entre eux. D’où l’importance du musicien, qui n’est pas là comme un personnage mais incarne plutôt le chœur, celui qui offre de la respiration et du recul en interprétant des chansons en écho avec ce qui a été. Il y a eu, sur la décolonisation en Algérie, un silence qui n’a pas favorisé les choses. Rien n’est tout blanc ni tout noir. Dans cet interstice, le théâtre amène sa pierre à l’édifice et montre que rien n’est simple.

 

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

Les Pieds tanqués
du Samedi 4 juillet 2015 au Dimanche 26 juillet 2015
Présence Pasteur
13 Rue Pont Trouca, 84000 Avignon, France

Avignon Off. 


à 14h25. Tél. : 04 32 74 18 54.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes