La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Agenda

Les îles flottantes

Quand le célèbre chœur de gospel s’associe à une institution du French Quarter de La Nouvelle-Orléans, c’est toute l’âme afro-américaine qui est dans la place.

Publié le 10 mars 2007 - N° 146

Nouvelle édition d’un festival dédié aux jeunes « metteuses » en scène : un
archipel peuplé d’émotions, de réflexions, de rires, de chansons et d’imprévus.

Les îles flottantes nous invite à vagabonder dans l’archipel de la jeune
création, à prendre le temps de s’arrêter un moment et de découvrir, au hasard
d’une soirée, un trajet inédit. Atypique, ce festival aime l’imprévu, les
écritures contemporaines et le mélange des genres, les échappées belles et la
convivialité. Atypique aussi car il ne présente que des femmes metteurs en
scène, inversant la réalité du paysage théâtral français. Chaque soir, une
nouvelle combinatoire de trois courts spectacles dessine un chemin inédit parmi
les douze propositions’ Un parcours qui glane des paroles cueillies à même
l’émotion esthétique avec Micheline Zederman, ou qui faufile des bribes
d’existences fauchées de-ci de-là pour carreler le miroir brisé de la vie, comme
le Jolie Coquelicot d’Adrienne Bonnet. Peut-être même qui retrouve
l’humain égaré dans le chaos du monde, avec Innocence, de Dea Loher,
monté par Brigitte Barilley.

Chaque soir, un parcours différent

Sophie Lagier, elle, ouvre grand les portes du verbe avec Satori de Louis
Calaferte, une clownerie troublante pour tenter de dire ce qui nous hante,
tandis que, avec L’ode maritime de Fernando Pessoa, Frédérique
Wolf-Michaux repousse les limites sonores et physiques du langage qui se fait à
la fois théâtre, poésie et musique. D’ailleurs, certains soirs swinguent «
cabaret ». Chloé Dabert fait vibrer les mélodies douces-amères du Music Hall
de Jean-Luc Lagarce, les trois Valseuses inventent leurs tubes de stars,
alors que Les Mauvaises chevauchent allègrement leurs violoncelles mal
tempérés pour traverser six siècles de musicologie. La faconde toujours affutée,
Camille Chamoux n?hésite plus et attaque à coups de rires mordants les névroses
et pathologies d’une trentenaire urbaine. On pourra toujours se réfugier chez
les Dames de Fumée, qui proposent une veillée pédago-ethnologique pour
apprendre à apprivoiser l’invisible et à mettre un terme à la solitude. Ou bien
rejoindre Bertille, qui avoue Je viens sans rendez-vous. A moins qu’on
préfère s’en remettre aux décoctions comiques du barman-comédien Csaba Kovacs’ A
votre santé !

Gwénola David

Les îles flottantes, du 2 au 11 mars 2007, du mardi au samedi à 20h, le
dimanche à 16h, au Théâtre du Chaudron, Cartoucherie de Vincennes. Tel : 01 43
28 97 04.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre