La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Eric de Dadelsen

Le Tourneseul – Hommage au clown Sol

Le Tourneseul – Hommage au clown Sol - Critique sortie Avignon / 2017 Avignon Avignon Off. Théâtre des Corps Saints
Crédit photo : DR Légende : Eric de Dadelsen dans Le Tourneseul.

Théâtre des Corps Saints / de Marc Favreau et Eric de Dadelsen / mes Maurice Casagranda

Publié le 25 juin 2017 - N° 256

Seul sur scène, Eric de Dadelsen rend hommage au regretté Marc Favreau et à son personnage de clown philosophe. Entre tendresse poétique et satire politique.    

Comment est née l’idée de ce Tourneseul ?

Eric de Dadelsen : Dans les années 1980, alors que j’étais directeur-adjoint du CDN d’Alsace, nous avions invité Marc Favreau, alias le Clown Sol, à venir jouer à Strasbourg. J’ai été immédiatement séduit par son extraordinaire invention autour du mot et par son univers de clown philosophe. C’est ensuite son humanité, sa générosité et sa simplicité qui m’ont fait le connaître. Une complicité entre nous s’est rapidement tissée.

Quelle forme prend cet hommage ?

E. d. D. : Les textes du spectacle sont principalement issus de Rien détonnant avec Sol (paru aux Editions Stanké). J’ai repris les sketches ou les éléments de textes qui me semblaient les plus forts. Pour inscrire l’œuvre de Sol dans le temps présent, j’ai ajouté, à sa manière, des textes de mon cru, dans sa veine de satire sociale et politique du monde. Aux dires de tous, hors la temporalité de certaines références, on ne discerne pas de différence. L’esprit caustique et malicieux de Sol est respecté dans toute sa cohérence.

« Je cherche à retrouver la tendresse et la poésie de Sol, en y ajoutant ma sensibilité, peut-être plus politique. »

Que souhaitez-vous faire renaître de ce clown clochard ?

E. d. D. : Bien sûr, on retrouve son bagout et la drôlerie qui naît de sa distorsion du langage. Mais ce que j’ai cherché, c’est l’innocence et la légèreté du clown dans son questionnement candide sur l’état du monde. Sol n’est pas un donneur de leçons. Par nature, il est fataliste mais pas amer, facétieux malgré lui, malicieux dans son étonnement perpétuel.

Quelles sont les différences et les similitudes entre Clov, le personnage que vous incarnez sur scène, et Sol ? 

E. d. D. : Mon premier rôle professionnel au théâtre a été Clov, le personnage de Fin de partie de Beckett. J’ai choisi de boucler une boucle et d’inscrire mon clown dans cette filiation. Je cherche à retrouver la tendresse et la poésie de Sol, en y ajoutant ma sensibilité, peut-être plus politique. Et bien sûr mon énergie et ma propre invention. Peu de choses nous séparent. A chaque représentation, je squatte mon sous-Sol où je me sens en communion totale avec le grand Sol.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Le Tourneseul – Hommage au clown Sol
du Vendredi 7 juillet 2017 au Dimanche 30 juillet 2017
Avignon Off. Théâtre des Corps Saints
76 Place des Corps Saints, 84000 Avignon, France

à 10h30. Relâche les 10, 17 et 24 juillet. Tél. : 04 90 16 07 50.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes