La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La Maison d’à côté

La Maison d’à côté - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre du Petit Saint-Martin
Caroline Silhol et Hervé Dubourjal dans La Maison d’à côté Crédit visuel : Photo Lot

Théâtre du Petit Saint-Martin / de Sharr White / mes Philippe Adrien

Publié le 29 janvier 2015 - N° 229

Léna Bréban, Stéphane Comby, Hervé Dubourjal et Caroline Silhol créent La Maison d’à côté, de l’auteur américain Sharr White, au Théâtre du Petit Saint-Martin. Une comédie dramatique cousue de fils blancs que la mise en scène élégante de Philippe Adrien ne suffit pas à extirper de ses pesanteurs.

Avant de revenir au Théâtre de La Tempête pour créer une pièce de l’auteur sud-africain Athol Fugard (Boesman et Léna, du 13 mars au 12 avril), Philippe Adrien s’est expatrié pour quelques mois au Théâtre du Petit Saint-Martin, dans le Xème arrondissement parisien. Il y met en scène, depuis la fin du mois de janvier, La Maison d’à côté*, pièce à succès de Sharr White qui, lors de sa création à New York en 2011, dans le off-Broadway, a révélé le jeune auteur au public américain. Pour la première fois joué en France, ce texte présenté comme « un thriller émotionnel » essaie de naviguer entre les zones du suspens, du tendre, de la comédie et du drame. La ligne narrative, qui réalise d’incessants allers-retours entre présent et passé, est à la fois simple et alambiquée. Il est question d’une brillante quinquagénaire (interprétée par Caroline Silhol, aux côtés de Léna Bréban, Stéphane Comby et Hervé Dubourjal), scientifique de haut niveau prénommée Juliana qui, suite à une sorte de malaise, est contrainte d’interrompre la conférence qu’elle était en train de donner sur l’Identamyl, l’une de ses découvertes censée révolutionner le traitement de certaines formes de démence.

Un monde de déni et de chimères

Il lui est subitement impossible de poursuivre son exposé. Après avoir pensé être atteinte d’une tumeur au cerveau, elle apprend qu’elle souffre d’une des maladies neurodégénératives sur lesquelles ont porté ses recherches. Mais le mal qui la ronge est en fait plus profond et plus complexe que cela. Hantée par un traumatisme familial, elle finit par perdre totalement pied, par s’enfermer dans un monde de déni et de chimères… Stéréotypes des dialogues et des constructions psychologiques, effets comiques volontaristes, complaisances mélodramatiques : le rendez-vous auquel nous convie la pièce de Sharr White est loin du grand théâtre. Par chance, la mise en scène élégante, minutieuse, de Philippe Adrien est là (la scénographie est de Jean Haas, les lumières de Pascal Sautelet, les vidéos d’Olivier Roset). Accompagné de solides comédiens, le directeur du Théâtre de la Tempête sauve ce qui peut l’être de cette histoire sans surprise et sans subtilité. On sort ainsi de cette Maison d’à côté quelque peu abattu, mais avec l’étrange impression d’avoir assisté au meilleur spectacle possible…

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

La Maison d’à côté
du Jeudi 22 janvier 2015 au Dimanche 22 février 2015
Théâtre du Petit Saint-Martin
17 Rue René Boulanger, 75010 Paris, France

Du mardi au vendredi à 21h, le samedi à 16h30 et 21h. Durée de la représentation : 1h25. Tél. : 01 42 08 00 32. www.petitstmartin.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre