La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Agenda

Kafka-Fragmente

Kafka-Fragmente - Critique sortie Théâtre
Crédit photo : Pascal Victor/ArtComArt Légende photo : Salome Kammer (soprano) et Carolin Widmann (violoniste)

Publié le 10 janvier 2010

La soprano Salome Kammer et la violoniste Carolin Widmann font théâtre de l’œuvre de György Kurtág.

« Personne ne chante de manière aussi pure que ceux qui se trouvent dans le plus profond des enfers ; ce que nous prenons pour le chant des anges, c’est leur chant à eux. » écrivait Kafka à Milena, l’amour de sa vie. C’est ce chant là, sublime et tourmenté, que György Kurtág extrait des entrailles de l’écriture de Kafka. Puisant quarante fragments parmi le Journal et la Correspondance de l‘écrivain, le compositeur hongrois a cherché entre les lignes, dans la déchirure des mots, s’est glissé au creux des silences pour y révéler d’infinis microcosmes. Ecrite en 1985, cette partition très figurative enlace voix soprano et violon, qui sans cesse se chahutent, se heurtent et se joignent pourtant. Antoine Gindt, metteur en scène et directeur de T&M, explore l’étrange théâtralité de cette œuvre intimiste, proche de la confession, initialement destinée au concert. Entourées d’un chœur muet de huit figures fantasmatiques hantant ce rêve kafkaïen, Salome Kammer, soprano, et Carolin Widmann, violon, libèrent toutes les nuances de cette histoire fragmentée, indécise, qui cherche irrémédiablement à advenir.
 
Gw. D.


Kafka-Fragmente, musique de György Kurtág, mise en scène d’Antoine Gindt, du 29 janvier au 5 février 2010, à 20h30, sauf jeudi 19h30 et dimanche 15h, au Théâtre de Gennevilliers, 41 avenue des Grésillons 92230 Gennevilliers. Rens. 01 41 32 26 26 et www.theatre2gennevilliers.com. Durée : 1h.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre